Announcing: BahaiPrayers.net


More Books by pratiquer

communaute
consultation
fete 19j
le jeune
priere prescrite jeune
reunion
Free Interfaith Software

Web - Windows - iPhone








pratiquer : priere prescrite jeune
-------------------------------------------
Source : www.bahai-biblio.org
-------------------------------------------
IMPORTANCE DE LA PRIERE PRESCRITE ET DU JEUNE

Une sélection d'extraits et de prières tirés des écrites bahá'ís et compilés par le Département de la recherche de la Maison universelle de justice.

En réfléchissant, au cours des quatre années passées, aux moyens d'appliquer toujours mieux les lois de Bahá'u'lláh, la Maison universelle de justice a décidé qu'il devenait impératif que tous les bahá'ís " aient davantage conscience des bénédictions que dispensent les lois qui nourrissent la vie pieuse de l'individu et donc de la communauté ". On trouve parmi ces lois la prière prescrite et le jeûne que Bahá'u'lláh appelle les " deux ailes de la vie de l'homme ".

Cette sélection de traductions récemment autorisées est tirée du vaste océan des écrits originaux de Bahá'u'lláh et de 'Abdu'l-Bahá. Elle a pour objectif d'augmenter la compréhension des croyants sur le sens profond de ces deux grandes lois.

Mai 2000
1. ÉCRITS DE BAHÁ'U'LLÁH

I. En vérité, nous avons tout exposé dans notre Livre, en signe de grâce pour ceux qui croient en Dieu, le Tout-Puissant, le Protecteur, l'Absolu. Et nous avons ordonné la prière prescrite et le jeûne afin que tous puissent par ces moyens se rapprocher de Dieu, le Tout-Puissant, le Bien-Aimé. Nous avons mis ces deux lois par écrit et nous avons expliqué chaque décret irrévocable. Nous avons interdit aux hommes de suivre ce qui peut les faire dévier de la Vérité et nous leur avons commandé d'observer ce qui les rapprochera du Tout-Puissant, Celui qui aime. Dis : observez les commandements de Dieu par amour de sa beauté et ne soyez pas de ceux qui marchent sur les pas des misérables et des insensés.

II. Toutes louanges à Dieu qui a révélé la loi de la prière prescrite comme un rappel pour ses serviteurs, et leur a enjoint de jeûner afin que les nantis prennent conscience des malheurs et des souffrances des destitués.

III. Celui qui n'accomplit ni bonnes actions ni actes de dévotion est comme un arbre qui ne porte pas de fruits, comme une action qui ne laisse pas de trace. Mais celui qui expérimente l'extase sacrée de l'adoration refusera d'échanger cette dernière ou toute autre louange à Dieu contre tout ce qui existe sur terre. Le jeûne et la prière prescrite sont les ailes de la vie humaine. Heureux qui s'élève, grâce à eux, jusqu'au ciel de l'amour de Dieu, le Seigneur de tous les mondes.

IV. Soyez fermement attachés à la prière prescrite et au jeûne. La religion de Dieu est comme le ciel ; le jeûne en est le soleil et la prière prescrite, la lune. En vérité, ce sont les piliers de la religion par lesquels le juste est distingué du transgresseur. Nous prions Dieu, exalté et glorifié soit-il, de permettre généreusement à tous d'observer ce qu'il révéla dans son livre ancien.

V. Sache que la religion est comme le ciel ; le jeûne et la prière prescrite en sont le soleil et la lune. Nous supplions Dieu, exalté et glorifié soit-il, d'aider chacun à agir selon sa volonté et son bon plaisir.

VI. Ne négligez pas la prière prescrite et le jeûne. Celui qui ne les observe pas n'est pas et ne sera jamais digne d'être accepté aux yeux de Dieu. Suivez la sagesse en toute circonstance. Certes, il ordonne à tous d'observer ce qui leur est et leur sera profitable. Il est, en vérité, Celui qui suffit, le Très-Haut.

VII. La prière prescrite fut révélée par la plume du Très-Haut pour enflammer les cœurs et captiver l'âme et l'esprit des hommes.

VIII. La prière prescrite fut révélée afin que se retrouve complètement coupé du monde celui qui la récite d'un cœur détaché, ne serait-ce qu'une fois.

IX. Ô mon frère ! Grandiose peut être la loi de la prière prescrite lorsque, par la miséricorde et la bonté de dieu, on est capable de l'observer. Lorsqu'on commence à réciter la prière prescrite, on devrait se considérer comme détaché de toute chose créée et comme pur néant devant la volonté et le dessein de dieu, de telle sorte qu'on ne voit que lui dans le monde de l'être. Telle est la condition des bien-aimés de Dieu et de ceux qui lui sont entièrement dévoués. Celui qui accomplit la prière prescrite de cette manière sera considéré par Dieu et par l'Assemblée céleste comme un de ceux qui ont vraiment offert cette prière.

X. Un des actes d'obéissance à la loi est de dire la prière prescrite. Le Porteur des divins mystères l'a qualifiée d'échelle. Il dit : " la prière prescrite est une échelle qui permet au croyant de monter. "1 En elle sont cachées des myriades de conséquences et des bienfaits incalculables. Grande serait l'indolence d'un homme qui abandonnerait cette échelle pour s'attacher aux trésors terrestres, et quelle injustice il s'infligerait à lui-même ! Nous espérons l'aide de Dieu pour accomplir des actes purs et acceptables. Nous le supplions, exalté et glorifié soit-il, de nous confirmer dans ce qu'il désire et dans ce qui nous attire vers lui. Il est, certes, le Tout-Puissant, il répond aux prières de tous les hommes.

XI. Parmi les nouvelles prières prescrites qui furent révélées plus tard, la longue prière devrait être dite lorsqu'on se sent d'humeur à prier. En vérité, elle fut révélée de sorte que s'animerait et parlerait le rocher à qui on la réciterait, se déplacerait et fondrait la montagne à qui on l'adresserait. Heureux qui la récite et accomplit les préceptes de dieu. Il suffit de lire une de ces prières.

XII. Nous supplions dieu d'aider son peuple afin qu'il observe ce jeûne, suprême et exalté, qui consiste à détourner le regard de ce qui est défendu, à se priver de nourriture, de boisson et de tout ce qui n'est pas de lui. Nous prions Dieu de confirmer ses aimés afin qu'ils réussissent à accomplir ce qui leur est commandé en ce jour.

XIII. Loué soit celui qui révèle des lois selon son bon plaisir. Certes, il règne sur tout ce qu'il veut. Ô mes amis ! Agissez selon ce qui vous est ordonné dans le Livre. Vous devez jeûner pendant le mois de 'Alá'. Jeûnez pour l'amour de votre Seigneur, le Puissant, le Très-Haut. Abstenez-vous du lever au coucher du soleil. Ainsi vous en instruit le Bien-aimé de l'humanité comme le lui a ordonné Dieu, le Tout-Puissant, l'Indépendant. Nul ne doit dépasser les limites établies par Dieu et sa loi, nul ne doit suivre ses vaines imaginations. Heureux celui qui accomplit mon décret par amour de ma beauté et malheur à celui qui néglige la source du commandement aux jours de son seigneur, le Tout-Puissant, l'Omnipotent.

XIV. Voici une des nuits du jeûne au cours de laquelle la Langue de grandeur et de gloire proclame : il n'est de dieu que Moi, l'omnipotent Protecteur, l'Absolu. Certes, en signe de bonté de notre part, nous avons ordonné à tous d'observer le jeûne, mais ils en restent pour la plupart inconscients, à l'exception de ceux qui ont compris le dessein de dieu tel qu'il est révélé dans ses lois et qui ont saisi sa sagesse imprégnant toutes choses visibles et invisibles. Dis : par Dieu ! Sa loi est votre forteresse, si vous pouviez le comprendre. Par elle il n'a vraiment d'autre but que le bienfait des âmes de ses serviteurs ; mais, hélas, la majorité des hommes ne s'en soucie pas. Attachez-vous à la corde des lois de dieu et ne suivez pas ceux qui se détournent du Livre car, en vérité, ils se sont opposés à Dieu, le Puissant, le Bien-Aimé.

XV. Voici les jours de jeûne. Heureux qui, par la chaleur que produit le jeûne, accroit son amour et se lève, joyeux et rayonnant, pour accomplir des actes nobles. En vérité, il guide qui il veut vers le droit sentier.

XVI. Extérieurement le jeûne peut paraître difficile et pénible, mais intérieurement c'est bénédiction et paix. Les seules pratiques de purification justifiées sont les exercices rigoureux qui sont en accord avec le livre de Dieu et sont sanctionnés par sa loi divine, et non ceux que les égarés infligent aux gens. Tout ce que Dieu révèle est aimé de l'âme. Nous le supplions de nous aider généreusement à faire ce qui lui est plaisant et acceptable.

XVII. En vérité, je vous le dis ! Jeûner est le remède suprême et le meilleur des soins pour la maladie du moi et de la passion.

XVIII. Toutes louanges au seul vrai Dieu qui aide ses bien-aimés à observer le jeûne et à accomplir ce qui est décrété dans le Livre ! Louanges et gratitudes incessantes à celui qui généreusement confirme ses bien-aimés pour accomplir ce qui exalte sa parole ! Si un homme possédait dix mille vies et les offrait toutes pour établir la vérité des lois et des commandements de Dieu, il lui serait toujours redevable, car tout ce qui procède de son décret irrésistible n'a qu'un but : être un bienfait pour ses amis et ses aimés.

XIX. Le jeûne comporte plusieurs degrés et plusieurs étapes. En lui se cachent d'innombrables effets et bienfaits. Heureux qui les découvre.

XX. Dans les cas évidents de faiblesse, de maladie ou de blessure, la loi du jeûne ne s'applique pas. Cette injonction est en accord avec les préceptes de dieu, éternel dans le passé, éternel dans le futur. Font bien, ceux qui suivent ces préceptes.

XXI. La loi du jeûne concerne ceux qui sont sains et en bonne santé. Cette loi n'est pas applicable aux malades et aux faibles et ne l'a jamais été.

2) ÉCRITS DE 'ABDU'L-BAHÁ

I. La prière prescrite et le jeûne sont parmi les plus grandes lois de cette sainte révélation.

II. Dans le domaine de la dévotion, le jeûne et la prière prescrite forment les deux plus puissants piliers de la loi divine et sainte. Il n'est pas permis de les négliger et il n'est certainement pas acceptable de les délaisser. Dans la prière de souvenance il dit : " par toi et par ceux dont les splendeurs de la lumière de ta présence illuminent le visage et qui, par amour pour toi, observent tout ce qui leur est commandé, je supplie dieu... "2 Il affirme que de l'amour pour la beauté du Bien-Aimé découle l'observance des commandements de Dieu. Lorsque le chercheur s'immerge dans l'océan de l'amour de dieu, il s'anime d'un intense désir et se lève pour appliquer les lois de Dieu. Il est ainsi impossible qu'un cœur qui contient le parfum de l'amour de Dieu faillisse à son devoir d'adoration, à moins qu'une telle action ne perturbe les ennemis et ne provoque dissensions et troubles. Sinon, il ne fait pas de doute qu'un amant de la Beauté d'Abhá ne cessera de manifester avec persévérance son adoration de Dieu.

III. Les lois de dieu concernant le jeûne et la prière prescrite sont absolument obligatoires pour ses serviteurs. En conséquence, ils doivent tourner leur visage vers le Point d'adoration de l'Assemblée céleste, être fidèles au Rang sublime, prier et supplier afin d'être libérés du doute des interprétations erronées. C'est l'attitude de 'Abdu'l-Bahá. C'est la religion de 'Abdu'l-Bahá. C'est la voie de 'Abdu'l-Bahá. Qu'il choisisse cette voie droite, celui qui chérit l'amour de Bahá ! Et, en vérité, il est séparé de lui comme par un voile, celui qui abandonne cette voie. Si tu découvres qu'une âme a des doutes sur ce commandement ou l'interprète mal, mais que, par ailleurs, elle n'a ni arrière-pensée ni esprit de défi dans ce qu'elle fait, sois amical envers elle, et avec la plus grande cordialité, par de douces paroles, efforce-toi de la mener du sentier de telles interprétations vers le sens évident des versets de Dieu.

IV. Les lois de Dieu, telles le jeûne, la prière prescrite et les autres, ainsi que ses conseils concernant les vertus, les bonnes actions, et une conduite appropriée, doivent être mis en action dans toute la mesure du possible, à moins qu'un obstacle insurmontable ou un grand danger ne se présente ou que cela ne soit contraire à la sagesse. Car indolence et laxisme empêchent les ondées d'amour de tomber des nuages de la miséricorde divine et en privent ainsi les gens.

V. Ô bien-aimés de Dieu ! Par reconnaissance pour votre fermeté dans l'alliance éternelle, levez-vous et servez au seuil du Seigneur omnipotent, observez la prière prescrite et le jeûne, consacrez votre temps à diffuser les douces saveurs de Dieu et à répandre les versets divins. Déchirez les voiles, déplacez les obstacles, offrez les eaux vivifiantes et montrez la voie du salut. Voilà les exhortations que 'Abdu'l-Bahá vous répète soir et matin.

VI. Ô fille du Royaume ! Les prières prescrites sont obligatoires car elles permettent de devenir humble et soumis, de se tourner vers Dieu et de lui exprimer notre dévotion. Par de telles prières l'homme entre en communion avec Dieu, cherche à s'en approcher, converse avec le véritable bien-aimé de son cœur et gagne des hauteurs spirituelles.

VII. Ô ami spirituel ! Tu demandes où est la sagesse de la prière prescrite. Sache que cette prière est vraiment obligatoire. Sous aucun prétexte on ne peut s'abstenir de l'observer, sauf si l'on en est incapable ou que ne survienne un grand obstacle. Voici la sagesse de la prière prescrite. Elle relie le serviteur au vrai Dieu car alors c'est de tout son cœur et de toute son âme qu'il se tourne vers le Tout-Puissant, qu'il recherche sa présence, qu'il désire son amour et sa compagnie. Pour un amant, il n'est pas de plus grand plaisir que de converser avec son aimée et, pour un chercheur, de plus grand bienfait que l'intimité avec l'objet de son désir. Le plus grand désir de l'âme attirée vers le royaume de Dieu est de trouver le temps de se tourner avec entière dévotion vers son Bien-Aimé, de rechercher sa générosité et ses bénédictions, de s'immerger dans l'océan de la communion, de la supplication et de la prière. De plus, la prière prescrite et le jeûne suscitent l'éveil et la conscience chez l'homme, le protègent et le préservent des épreuves.

VIII. Consolide les fondations de la foi de dieu et adore le Tout-Puissant. Offre avec constance la prière prescrite et n'oublie pas le jeûne. Jour et nuit consacre-toi à la prière, à la supplication et à l'invocation, particulièrement aux moments prescrits.

IX. Les prières prescrites ont été révélées par la Plume du Très-Haut et sont mentionnées en persan dans " Questions et réponses ", supplément du Kitáb-i-Aqdas. Il est clair qu'elles sont obligatoires et chacun doit, sans aucun doute, réciter une de ces prières...

C'est l'adoration qui rend spirituel ; le cœur est attiré, l'âme et l'être intérieur connaissent une telle tendresse, une telle joie que la prière prescrite instille une vie nouvelle. Voilà pourquoi il fut révélé dans la prière de souvenance : " par toi et par ceux dont les splendeurs de la lumière de ta présence illuminent le visage et qui, par amour pour toi, observent tout ce qui leur est commandé, je supplie Dieu... "3 Il est clair que l'amour de la beauté du Très-Miséricordieux incite à l'adoration du Dieu tout-puissant.

X. Ô serviteur de Dieu ! Chaque matin la grâce infinie de dieu confirme les invocations ardentes jusqu'aux larmes de 'Abdu'l-Bahá. Qu'en conséquence chaque être éveillé obtienne, selon sa capacité, une part de cette grâce spirituelle ! Cela peut s'accomplir, à chaque aube, par une ardente offrande à Dieu, par des prières et des supplications et en observant la loi de la prière prescrite. Qu'ainsi, son nez hume avec délice les doux parfums émanant du jardin de la bénédiction divine, que son âme jouisse d'une vie nouvelle et que sa réalité reflète l'effulgence du Très-Miséricordieux !

XI. Par la prière prescrite le cœur devient attentif au royaume divin. On est seul avec Dieu, on converse avec lui, on acquiert des dons. De même, si l'on pratique la prière prescrite avec un cœur absolument pur, on obtient les confirmations du Saint-Esprit qui effacent totalement l'amour de soi. J'espère que tu réciteras la prière prescrite avec persévérance et que tu témoigneras ainsi de la puissance de la prière et de la supplication.

XII. Tu m'as posé une question concernant la prière prescrite. Cette prière est obligatoire pour chacun. N'hésite pas à encourager chacun à l'observer car elle est comme une échelle pour l'âme, une lampe pour le cœur du juste et une eau vive du jardin du paradis. C'est un devoir clair, prescrit par le Très-Miséricordieux, dont il n'est permis ni de retarder l'observance, ni de la négliger.

XIII. Prière prescrite et supplication élèvent l'homme jusqu'au royaume du mystère et à l'adoration du Suprême. Elles permettent d'approcher son seuil. Il est plaisant d'offrir des prières, plaisir qui transcende tout autre plaisir ; et il est doux de chanter et d'entonner les versets de Dieu, désir ardent de tous les croyants, hommes et femmes. Pendant qu'on récite la prière prescrite on converse intimement avec le vrai Bien-Aimé et l'on partage ses secrets. Pou qui le fait d'une âme enthousiaste, il n'est pas de plaisir plus grand. Toutes les joies sont terrestres sauf celle-ci dont la douceur est divine.

XIV. La prière prescrite est le fondement même de la cause de Dieu. Elle infuse au cœur joie et vitalité. Dès que j'engage une conversation avec Dieu par l'intermédiaire de la prière prescrite, tous mes chagrins disparaissent et, même cerné par tous les malheurs possibles, je suis plein de joie et de bonheur. Je suis incapable de décrire dans quelle condition je me trouve alors. Chaque fois que nous entreprenons d'accomplir devant dieu la prière prescrite avec humilité et en toute conscience, et que nous la récitons avec une tendresse sincère, nous goûtons à une douceur telle qu'elle donne la vie éternelle à toute existence.

XV. Récite la prière prescrite dont tu disposes afin que s'ouvrent devant toi les protes de la générosité et que se manifeste la plus grande spiritualité. De grands signes apparaîtront et l'ascension spirituelle sera réalité.

XVI. Persévère dans la pratique de la prière prescrite et des supplications matinales, afin que jour après jour, ta conscience s'affine et que, par le pouvoir de la connaissance de Dieu, tu déchires le voile de l'erreur des gens qui doutent, les menant ainsi vers son infaillible voie. Dans chaque réunion, tu devrais, tel un cierge, répandre la lumière de la connaissance divine.

XVII. Récite la prière prescrite et supplie Dieu aussi souvent que tu le peux, afin que, jour après jour, tu accroisses ta fermeté, ta ténacité, et que tu y trouves toujours plus de joie et de plaisir. Ainsi s'agrandira le cercle de la connaissance divine et le feu de l'amour de dieu brûlera plus fort en toi.

XVIII. Prières prescrites et supplications sont l'eau même de la vie. Elles sont la cause de l'existence, du raffinement de l'âme et lui font attendre la plus grande joie. Exercez la plus grande attention à ce sujet et encouragez les autres à réciter les prières prescrites et les supplications.

XIX. Ô Serviteur du vrai Dieu ! La prière prescrite et les autres supplications sont des éléments essentiels de la servitude envers celui qui suffit à tout... Lorsqu'on unit la prière prescrite aux autres prières et qu'elles se succèdent, l'acte d'adoration atteint sa perfection. Ce sont des compagnons spirituels, comme deux âmes dans un même corps. Que Dieu vous aide tous à vous complaire dans l'amour et l'amitié !

XX. En disant la prière prescrite, on doit se tourner vers la sainte réalité de Bahá'u'lláh, cette réalité qui englobe toute chose.

XXI. Pour la prière prescrite il y a une Qiblih déterminée, précisée, sainte et bénie. Je demande à Dieu qu'il ouvre à ton cœur les portes de la connaissance de cet état afin que tu saisisses ce qui est nécessaire et convenable, que tu recueilles des bienfaits spirituels tombant du ciel du Très-Miséricordieux, que tu reçoives la lumière de la connaissance émanant du Soleil de réalité et que tu deviennes une manifestation de l'inspiration dispensée par l'Invisible, une source de bonnes nouvelles venant du Très-Miséricordieux.

XXII. La prière prescrite doit être dite individuellement, mais ne nécessite pas un lieu privé.

XXIII. Ô serviteur du seuil sacré ! Tu poses des questions sur les prières qui n'entrent pas dans le cadre de ce qui est prescrit, celles qui sont recommandées, les invocations, les dévotions honorées par la tradition. Dans cette révélation, ce qui est expressément prescrite est obligatoire. Les dévotions individuelles, les invocations, les prières de circonstances et les autres prières ne sont pas obligatoires. Néanmoins, il est plaisant et acceptable de dire une prière individuellement après la prière prescrite, mais aucune n'a été choisie en particulier.

XXIV. Les lois et les décrets qui sont obligatoires sont ceux qui sont sortis de la Plume suprême ou décidés par la Maison universelle de justice. Car nous sommes commandés et ne commandons point. C'est à nous qu'on impose des devoirs et ce n'est pas nous qui les imposons aux autres. Tels sont la réalité de la loi de Dieu et le fondement de la religion divine. Quant aux dévotions et aux invocations, tout le monde peut, s'il le désire, réciter après les prières prescrites d'autres supplications de la Perfection bénie.

XXV. Tu as écrit concernant le jeûne. C'est une question très importante et tu devrais tout faire pour l'observer. C'est l'un des éléments fondamentaux de la loi divine et l'un des piliers de la religion de Dieu.

XXVI. Soyez heureux car vous avez suivi la loi de Dieu et vous vous êtes levés pour observer le jeûne durant ces jours bénis. Ce jeûne physique est un symbole du jeûne spirituel. Ce jeûne permet de nettoyer l'âme des désirs égoïstes, d'acquérir des attributs spirituels, d'attirer les brises du Très-Miséricordieux et d'attiser le feu de l'amour divin.

XXVII. Le jeûne élève notre rang spirituel.
3) PRIÈRES RÉVÉLÉES POUR LE JEÛNE PAR BAHÁ'U'LLÁH

I. Voici le premier des jours pendant lesquels tu as enjoint tes aimés d'observer le jeûne, ô mon Dieu ! Par ton être et par celui qui jeûne pour l'amour de toi et pour ton bon plaisir et non pour l'exaltation de son moi, ni par désire, ni par crainte de ta colère ; par tes noms les plus excellents et par tes titres les plus augustes, je te demande de purifier tes serviteurs de tout amour qui n'est pas amour de toi et de les attirer vers l'orient de ta face resplendissante et vers le trône de ton unité. Ô mon Dieu ! Illumine leur cœur par la lumière de ta connaissance et éclaire leur visage des rayons du soleil qui brille à l'horizon de ta volonté. Tu as le pouvoir de faire ce qui te plaît. Il n'est de Dieu que Toi, le Très-Glorieux dont tous les hommes implorent le secours.

Ô mon Dieu ! Aide-les à te rendre victorieux et à exalter ton verbe. Souffre qu'ils deviennent, parmi tes serviteurs, comme des mains pour ta Cause et transforme-les en révélateurs de ta religion, en signes parmi les hommes, en sorte que le monde entier s'emplisse de ton souvenir et de ta louange, de tes preuves et de tes témoignages. Tu es, véritablement, le Très-Généreux, le Très-Exalté, le Puissant, le Fort et le Miséricordieux.

II. Au nom de celui qui est la promesse des livres de Dieu, l'Omniscient, le Très-Informé ! Voici les jours au cours desquels jeûnent les serviteurs qui ont atteint ta présence et gravitent autour de ton trône. Dis : Ô Dieu des noms et créature du ciel et de la terre ! Par ton nom, le Très-glorieux, je te supplie d'accepter le jeûne de ceux qui jeûnent pour l'amour de toi et pour ton bon plaisir, et qui appliquent ce que tu leur as ordonné dans tes livres et tes épîtres. Par eux, je te supplie de m'aider à promouvoir ta cause et de me rendre ferme en ton amour, afin que les clameurs de tes créatures ne me fassent pas trébucher. Certes, tu as pouvoir sur tout ce que tu veux. Il n'est de Dieu que Toi, le Vivificateur, le Tout-Puissant, le Très-Généreux, l'Ancien des jours.

III. Loué sois-tu, ô Seigneur mon Dieu ! Nous avons observé le jeûne selon ton commandement et nous le brisons maintenant grâce à ton amour et à ton bon plaisir. Ô mon Dieu ! daigne accepter les actes que nous accomplissons en ton chemin pour le seul amour de ta beauté, nos visages tournés vers ta cause, libres de tout sauf de toi, accorde-nous ton pardon ainsi qu'à nos pères et à ceux qui, dans cette très glorieuse révélation, ont cru en toi et en tes signes puissants. Tu as le pouvoir de faire ce que tu choisis. Tu es, véritablement, le Très-Exalté, le Puissant, l'Indépendant.

IV. Ô mon Dieu, mon maître ! Tu me vois parmi tes créatures rebelles qui t'ont désobéi. Chaque fois que je les invite à l'océan de ta connaissance, elles répudient ta cause de plus belle et rejettent toujours plus violemment l'orient de ta volonté. Ô mon Dieu ! Par ceux qui jeûnent pour l'amour de toi et qui boivent les eaux vivifiantes de la soumission des mains de ta générosité, je te supplie d'ordonner tout le bien que tu as décidé dans tes livres et tes écrits pour tes aimés qui, sous le feu de l'astre de tes épreuves, saisissent la corde de la patience. Pour ceux qui subissent l'adversité par amour de toi, inscris la récompense de ceux qui ont souffert le martyre dans la voie de ton bon plaisir. Révèle aussi, ô seigneur, ce qui réjouira leur cœur, réconfortera leurs yeux, vivifiera leur âme. Tu es, véritablement, le Tout-Puissant, le Très-Exalté, le Secours, l'Omniscient, le Très-Sage.

V. Loué sois-tu ô Dieu, mon Dieu ! Voici les jours au cours desquels tu as enjoint à ceux que tu as choisis, à tes bien-aimés et à tes serviteurs, d'observer le jeûne dont tu as fait une lumière pour le peuple de ton royaume, de même que tu as fait de la prière prescrite une échelle pour ceux qui reconnaissent ton unité. Ô mon Dieu ! Par ces deux puissants piliers dont tu as fait une gloire et un honneur pour toute l'humanité, je te supplie de protéger ta religion des méfaits des impies et des complots des méchants. Ô Seigneur ! Ne cache pas la lumière que tu as révélée par ta force et ton omnipotence. Et par ton commandement et ta souveraineté, que tes armées visibles et invisibles aident ceux qui croient vraiment en toi ! Il n'est de Dieu que Toi, le Tout-Puissant, l'Omnipotent.

VI. Exalté sois-tu, ô Seigneur mon Dieu ! Je te supplie, par ceux à qui tu ordonnas d'observer le jeûne pour l'amour de ton amour et de ton bon plaisir, par ceux qui prêtent allégeance à ta loi, suivent tes décrets et tes préceptes, et brisent le jeûne alors qu'ils sont près de toi et contemplent ta face. Par ta gloire ! Puisqu'ils se tournent vers la cour de ton bon plaisir, chacun de leurs jours est un jour de jeûne. Si ta volonté était de leur dire : " observez le jeûne par amour de ma Beauté et ne limitez pas sa durée ", je jure, par la majesté de ta gloire, que tous l'observeraient fidèlement, s'abstiendraient de tout ce qui viole ta loi et continueraient ainsi jusqu'à ce qu'ils te rendent leur âme4, car ils ont goûté à la douceur de ton appel et sont enivrés de ton souvenir, de ta louange et des paroles qui coulent des lèvres de ton commandement.

Ô Seigneur ! Par toi-même, l'Exalté, le Très-haut et par ta dernière Manifestation qui a ébranlé le royaume des noms et des attributs, a enivré les habitants de la terre et des cieux, a fait trembler tous ceux qui vivent dans le royaume de la révélation et de la création, excepté ceux qui s'abstiennent de tout ce qui répugne à ton bon plaisir et refusent de se tourner vers tout autre que toi, je te supplie de nous compter parmi eux et d'inscrire nos noms sur la tablette où tu graves leurs noms. Ô Dieu ! Par les merveilles de ta puissance et les signes de ta souveraineté et de ta grandeur, tu sortis leurs noms de la mer de tes noms, tu créas leur essence de la substance de ton amour et leur être intérieur de l'esprit de ta cause. Pour eux, la réunion n'est pas suivie de séparation, la proximité ne connaît jamais l'éloignement, et la perpétuité n'a pas de fin. En vérité, ces serviteurs sont ceux qui te mentionnent sans cesse, tournent éternellement autour de toi, gravitent autour du sanctuaire de ta présence et de la Kaaba de la réunion avec toi. Ô mon Dieu ! Tu ordonnas qu'il n'y ait aucune distinction entre eux et toi, bien que lorsqu'ils découvrirent les lumières de ta Face, ils se tournèrent vers toi, se prosternèrent devant ta beauté, soumis à ta grandeur et détachés de tout sauf de toi.

Ô mon Dieu ! Aujourd'hui nous avons jeûné sur ton ordre, en accord avec ce que tu révélas clairement dans ton Livre. Nous avons écarté de notre âme les passions et tout ce que tu abhorres, jusqu'au moment où, le jour déclinant, vint le temps de briser le jeûne. Ô Désir du cœur des amants ardents et Bien-Aimé de l'âme de ceux qui sont dotés de compréhension ! Ô Extase de ceux qui languissent après toi et Désir de ceux qui te cherchent ! Je t'implore de nous élever au ciel de ta proximité, en ta présence, et d'accepter ce que nous avons accompli dans la voie de ton amour et de ton bon plaisir. Inscris nos noms parmi ceux qui reconnaissent ton unité, confessent ton unicité, s'humilient devant les preuves de ta majesté et les signes de ta grandeur, parmi ceux qui se réfugient près de toi, cherchent ta protection, passent avec enthousiasme leur vie à te chercher, arrivent à la cour de ta présence, rejettent le monde derrière eux par amour de toi, et se coupent de tout sauf de toi dans leur ardent désir de se rapprocher de toi. Á la mention de ton nom le cœur de ces serviteurs se liquéfie dans leur désir ardent de ta Beauté et leurs yeux s'embuent de larmes dans leur volonté de te trouver et de pénétrer dans l'enceinte de ta cour.

Ô mon Seigneur ! Ma langue témoigne e ton unité et de ton unicité ; mes yeux contemplent le siège de ta générosité et de tes multiples faveurs ; mon oreille est prête à entendre ton appel et ta parole car je suis certain, mon Dieu, que selon ton décret les mots sortant des lèvres de ta volonté sont inexhaustibles et que sans cesse y sont attentives les oreilles que tu as sanctifiées afin qu'elles écoutent tes paroles et tes versets. Et mes mains, mon Seigneur, s'élèvent vers le ciel de ta faveur et de ta merci. Vas-tu repousser ce pauvre qui n'a d'autre bien-aimé que toi, d'autre bienfaiteur que toi, d'autre roi que toi, d'autre abri que l'ombre de ta générosité, d'autre refuge que le portail que tu ouvres à tous ceux qui sont au ciel et sur la terre ? Non, par ta gloire ! Je suis celui dont la confiance en ta bonté resterait inébranlée même si tu m'affligeais des tourments pendant toute la durée de ton empire. Si quelqu'un me questionnait à ton sujet, les membres de mon corps proclameraient : " il est aimé dans ses actes et obéi dans ses décrets, miséricordieux par nature et compatissant envers ses créatures ".

Ta puissance m'en témoigne, Bien-Aimé de ceux qui languissent après toi ! Même si tu devais m'éloigner de ton seuil et m'abandonne aux épées des tyrans parmi tes serviteurs et aux coups des impies parmi tes créatures et que quelqu'un me posait des questions sur toi, chaque cheveu de ma tête déclarerait néanmoins : " certes, il est le Bien-Aimé des mondes, il est le Très-Généreux, il est l'Éternel ! Il m'attire tout en m'éloignant e lui ; il m'accorde son abri tout en me refusant sa présence. Je ne peux trouver plus miséricordieux que lui, il m'a rendu indépendant de tout sauf de lui et m'a élevé au-dessus de tout sauf de lui ".

Ô mon Dieu ! Heureux celui que tu as enrichi au point qu'il devienne indépendant es royaumes de la terre et du ciel. Riche celui que tient fermement la corde de ta richesse, qui est soumis devant ta face et pour qui tu suffis à tout, au-dessus de tout ! Pauvre celui qui se prive de toi, s'enorgueillit devant toi, se détourne de ta présence et ne croit pas en tes signes. Ô mon Dieu et mon Bien-aimé ! Souffre que je sois du nombre de ceux qu'agitent à leur gré les brises de ta volonté et non de ceux que les vents de l'égoïsme et de la passion secouent et emportent comme ils veulent. Il n'est de Dieu que Toi, le Tout-Puissant, l'Exalté, le Très-Généreux.

Ô mon Dieu ! Toute gloire soit à toi qui m'accordes généreusement de jeûner pendant ce mois que tu as lié à ton nom le Très-Exalté et que tu as appelé 'Alá' (grandeur) ! Tu as ordonné que pendant ce mois tes serviteurs et ton peuple jeûnent, cherchant par là à se rapprocher de toi. Les jours et les mois de l'année culminent en ce jeûne, de même que le premier mois commence avec ton nom, Bahá, afin que tous témoignent que tu es le premier et le dernier, le manifeste et le caché, et que tous soient assurés que seules la gloire de ta cause, les paroles exposées par ta volonté et révélées par ton dessein, confèrent leur gloire à tous les noms. Tu as fait de ce mois un souvenir et un honneur, un signe de ta présence parmi eux afin qu'ils n'oublient ni ta grandeur ni ta majesté, ni ta souveraineté ni ta gloire, et qu'ils soient convaincus que tu as toujours été et que tu seras toujours celui qui commande à toute la création. Rien de ce qui est créé au ciel ou sur la terre ne peut gêner ton gouvernement. De même, aux royaumes de ta révélation et de ta création, nul ne peut t'empêcher d'accomplir ton dessein.

Ô mon Dieu ! Par ton nom qui fait gémir tous les peuples de la terre à l'exception de ceux que tu protèges de ta protection infaillible, à l'ombre de ta clémence transcendante, je t'implore ! Affermis-nous dans ta cause et rends-nous fidèles à ton amour ; alors, même si tes serviteurs s'élevaient contre toi, même si ton peuple se détournait de toi, même s'il ne restait personne sur terre pour invoquer ton nom ou pour se diriger vers le sanctuaire de la communion et vers la Kaaba de ta sainteté, je ne m'en lèverais pas moins, seul et solitaire, pour donner la victoire à ta cause, exalter ta parole, proclamer ta souveraineté et célébrer les louanges de ton être très auguste. Et cela, ô mon seigneur, en dépit du fait que je suis perplexe chaque fois que je me risque à t'exalter par un nom, car je suis pleinement conscient que tous les attributs exaltés et les noms les plus excellents que je t'associe et par lesquels je te supplie en ta sainte présence, ne font que réfléchir la mesure de ma propre compréhension, d'autant que je t'associe tout nom que je trouve digne de toi.

Ton vrai rang est immensément exalté au-dessus de la description ou de la connaissance de tout autre que Toi. Tu es sanctifié au-delà des louanges qu'expriment tes créatures et tes serviteurs dans leurs tentatives de s'élever vers toi. Tout ce qui vient de tes serviteurs est restreint par les limites de leur nature même et créé par leurs vaines imaginations et leurs chimères.

Hélas, mon Bien-Aimé ! Hélas pour mon incapacité à te louer dignement et pour mes manquements durant tes jours ! Que je t'acclame, mon Dieu, comme celui qui connaît toutes choses et je perçois facilement que, pointant un seul doigt de ta volonté vers une pierre muette, tu la rendrais capable de dévoiler la connaissance du passé et du futur. Que je te loue comme le Tout-Puissant et e découvre qu'un seul mot coulant des lèvres de ton dessein est suffisant pour ébranler les cieux et la terre.

Ta gloire en témoigne pour moi, Bien-aimé de ceux qui te reconnaissent ! Qu'un savant manque à reconnaître son ignorance devant la révélation de ta connaissance et il sera compté au nombre des ignorants parmi ton peuple. Que quelqu'un refuse d'admettre sa faiblesse devant les preuves de ton pouvoir et il sera considéré comme la plus faible et la plus égarée de tes créatures. Ceci étant, comment pourrais-je te glorifier, te décrire ou te louer ? Connaissant ma faiblesse, je me hâte vers le refuge de ta force et réalisant à quel point je suis pauvre, je cherche abri à l'ombre de ta richesse. Acceptant mon impuissance, je me tiens debout devant la tente de ton pouvoir et de ta puissance. Repousseras-tu ce pauvre alors qu'il n'a choisi que toi comme protecteur ? Écarteras-tu cet étranger alors qu'il n'a trouvé que toi comme son bien-aimé sincère ?

Tu sais tout ce qui est en moi, ô mon Seigneur, mais j'ignore ce qui est en toi. Aie pitié de moi par ta divine providence, inspire à mon cœur ce qui lui donnera la paix pendant tes jours et tranquillisera mon âme par les révélations de ta présence sacrée. Toute chose créée est illuminée de la rayonnante splendeur de ta face, ô Seigneur, et les manifestations de ton incomparable majesté font resplendir les habitants du ciel et de la terre, en sorte que e ne contemple rien que je n'y vois d'abord la révélation de toi-même, une révélation cachée au regard de ceux de tes serviteurs qui dorment profondément.

Ô mon seigneur ! Ne me prive pas de ta grâce qui embrasse tous les royaumes de l'existence, visibles ou invisibles. Resteras-tu loin de moi, ô mon Dieu, alors que tu as invité tous les hommes à se rapprocher de toi, en les encourageant à se tenir fermement à ta corde ? Me rejetteras-tu, ô mon Bien-aimé, alors que tu as promis dans ton Livre incorruptible et dans tes merveilleux versets de réunir tous ceux qui languissent après toi dans le pavillon de ta bienveillante sollicitude, tous ceux qui te désirent à l'ombre de ta généreuse faveur et ceux qui te recherchent sous le ciel de ta miséricorde et de ta tendre bonté ?

Ô mon Dieu, je le jure par ton pouvoir ! Mes lamentations paralysent les battements de mon cœur et ses pleurs arrachent les rênes de mes mains ! Chaque fois que je me rassure et que les merveilles de ta miséricorde, les preuves e ta bienveillante sollicitude et les évidences de ta générosité réjouissent mon âme, e tremble devant les manifestations de ta justice et les signes de ta colère. Tu es connu par deux noms : l'éternellement Clément et le Courroucé, et ces deux attributs te décrivent bien, mais il t'indiffère d'être invoqué par l'un ou par l'autre. Par ta gloire, si je ne savais que ta miséricorde surpasse tout, les membres de mon corps se dessécheraient, ma réalité s'annihilerait et mon être intérieur serait réduit à néant. Mais lorsque je contemple ta grâce qui englobe tout et ta miséricorde qui embrasse toute la création, mon âme et mon être intérieur sont rassurés.

Ô mon Dieu, hélas, trois fois hélas, pour les choses qui m'ont échappé pendant tes jours et e nouveau trois fois hélas, ô Désir de mon cœur, pour ce que je n'ai pas accompli dans mon service et dans mon obéissance envers toi pendant ces jours dont les yeux de tes amis et de ceux en qui tu as confiance n'ont jamais vu l'équivalent ! Ô mon Seigneur ! Par ton Être et par la Manifestation de ta cause qui siège sur le trône de ta miséricorde, je te supplie de me confirmer en ton service et en ton bon plaisir. Protège-moi de ceux qui se détournent de toi, réfutent tes versets, nient ta vérité, refusent tes preuves et violent ton alliance et ton pacte.

Ô Seigneur, mon Dieu ! Toutes louanges à celui qui est la manifestation de ton essence, l'orient de ton unité, la mine de ta connaissance, la source e ta révélation, le réceptacle de ton inspiration, le siège de ta souveraineté, et le levant de ta divinité, lui qui est le Point premier, la face la plus exaltée, l'ancienne racine et le vivificateur des nations. Et gloire à celui5 qui fut le premier à croire en lui et en ses versets, lui dont tu fis un trône élevé pour ta parole sublime, un point focal de la manifestation de tes noms les plus excellents, un orient de l'apparition de tes noms et de tes attributs, un trésor de perles de ta sagesse et de tes commandements. Et honneur à celui6 qui fut le dernier à vernir vers lui, dont la venue est comme sa venue, et en qui ta manifestation est comme ta manifestation en lui7, si ce n'est qu'il fut illuminé des lumières e sa face et qu'il se prosterna devant lui7, témoignant de sa servitude envers lui7. Et gloire à ceux qui furent martyrisés en son chemin et qui offrirent leur vie pour sa beauté.

Ô mon Dieu ! Nous témoignons que ces serviteurs croient en toi et en tes signes, recherchent le sanctuaire de ta présence, se tournent vers ta face, dirigent leur visage vers la cour de ta proximité, marchent dans la voie de ton bon plaisir, t'adorent selon ton désir et sont détachés de tout sauf de toi. Ô Seigneur ! Accorde toujours à leur esprit et à leur corps une part des merveilles de ta miséricorde qui englobe tout. Tu as, certes, le pouvoir de faire ce qui te plaît. Il n'est de Dieu que Toi, le Tout-Puissant, le Très-Glorieux, dont tous les hommes implorent le secours.

Ô Seigneur, je t'en supplie ! Par lui et par eux, et par celui que tu as établi sur le trône e ta religion et qui abrite tous les habitants de la terre et du ciel, purifie-nous de nos transgressions, commande pour nous un siège de vérité en ta présence et associe-nous à ceux que les adversités du monde et ses infortunes n'empêchent pas de se tourner vers toi. En vérité, tu es le Tout-Puissant, le Très-Exalté, le Protecteur, le Magnanime, le Très-Miséricordieux.

NOTES :
1. Une tradition attribuée à 'Alí.

2. Traduit par Shoghi Effendi dans Prayers & Meditations, CLXXX.

3. Idem.

4. Traduit par Shoghi Effendi dans Extraits des écrits de Bahá'u'lláh, CLX.

5. Mullá Husayn.
6. Quddús.
7. Le Báb.
Notes de traduction :

La commission de traduction a traduit " obligatory " par " prescrite ". Justification : " dans cette révélation, ce qui est expressément prescrit est obligatoire ".

La prière souvenance : c'est le titre que la commission de traduction a donné à ce qu'on appelait avant la Tablette de la Visitation.


Table of Contents: Albanian :Arabic :Belarusian :Bulgarian :Chinese_Simplified :Chinese_Traditional :Danish :Dutch :English :French :German :Hungarian :Italian :Japanese :Korean :Latvian :Norwegian :Persian :Polish :Portuguese :Romanian :Russian :Spanish :Swedish :Turkish :Ukrainian :