Announcing: BahaiPrayers.net


More Books by Bab

Epitre du Bab aux Lettres du vivant
Selection des Ecrits du Bab
Selections des Ecrits du Bab par la Maison Universelle de Justice
Selections du livre des sept peuves de la mission du Bab
Free Interfaith Software

Web - Windows - iPhone








Bab : Selections des Ecrits du Bab par la Maison Universelle de Justice
=========================
www.bahai-biblio.org
=============================
SELECTION DES ECRITS DU BÁB

Compilation faite par la Maison Universelle de Justice

Table des matières
1. Tablette à la première Lettre du Vivant
2. Extraits d'une Epitre adressee à Muhammad shah

3. Extraits d'une tablette contenant des paroles adressées au sherif de Mekkah

4. Extraits du Qayyúmu'l Asmá
5. Extraits du Bayán persan

6. Extraits tirés du Dalá'il-i-sab'ih (les Sept Preuves)

7. Extraits du Kitáb-i-asmá' (le Livre des Noms)
8. Extraits de divers Ecrits
9. Prières et méditations
1. TABLETTE A LA PREMIERE LETTRE DU VIVANT

(1) Voici ce que Nous avons révélé pour le premier croyant en celui que Dieu rendra manifeste, afin que cela serve d'exhortation - émanant de Notre présence - à toute l'humanité.

Au nom du Tout-Puissant, du Bien-Aimé.

Loué et glorifié est celui qui est le souverain Seigneur des royaumes du ciel et de la terre et de tout ce qui est entre les deux.

Dis, en vérité, vers Lui tous retourneront et, Il est celui qui guide, par son propre commandement, quiconque Lui plaît.

Dis, tous les hommes implorent ses bénédictions car Il est souverain au-dessus de toutes choses créées.

Il est, en vérité, le Très-Glorieux, le Puissant, le Bien-aimé.

Ceci est une épître de la lettre Thá à celui qui est le premier croyant. Atteste qu'en vérité il est moi, moi-même, le Souverain, l'Omnipotent. Il est l'Unique qui ordonne la vie et la mort et à Lui tous retourneront. En vérité, il n'y a pas d'autre Dieu que Lui et tous les hommes s'inclinent en adoration devant Lui. En vérité, ton Seigneur, Dieu, récompensera bientôt chacun selon son décret, même plus rapidement que l'on ne prononce les mots "sois" et "Il est".

Ainsi que l'ont fait la compagnie de ses anges, de ses messagers et de ceux dotés de la connaissance divine, Dieu a, en vérité, attesté dans son Livre que tu as cru en Dieu et en ses signes et que chacun est bien guidé par la vertu de ta direction. Ceci est véritablement une grâce infinie que Dieu, l'Eternel, celui qui subsiste par Lui-même, t'a gracieusement accordée dans le passé et t'accordera dans le futur. Et puisque tu as cru en Dieu avant la création, Il t'a en vérité, à son propre commandement, élevé lors de chaque révélation. Il n'y a pas d'autre Dieu que Lui, le souverain Protecteur, le Très-Glorieux.

Il t'appartient de proclamer la cause de Dieu à toute chose créée comme un témoignage de la grâce émanant de sa présence ; il n'y a pas d'autre Dieu que Lui, le Plus-Généreux, l'Irrésistible.

Dis : Pour toute matière, l'on doit se référer au Livre de Dieu ; je suis en vérité le premier à croire en Dieu et en ses signes ; je suis celui qui divulgue et proclame la Vérité et j'ai été investi de tous les titres excellents de Dieu, le Puissant, l'Incomparable. En vérité, j'ai atteint le jour de la première manifestation et sur l'ordre du Seigneur, comme témoignage de sa grâce, j'atteindrai le jour de la dernière manifestation. Il n'y a pas d'autre Dieu que Lui et à l'heure fixée, chacun s'inclinera en adoration devant Lui.

Je rends grâce et fais louange à Dieu, de m'avoir choisi comme interprète de sa cause dans les jours passés et dans les jours à venir; il n'y a pas d'autre Dieu que Lui, le Glorifié, le Loué, l'Eternel. Tout ce qui est dans les cieux et sur la terre Lui appartient et par Lui nous sommes tous guidés.

Ô peuple du Bayán ! Ceux qui embrassent la vérité doivent se tourner vers moi ainsi qu'il en a été ordonné dans le Livre, et la direction divine sera accordée à quiconque parvient en ma présence.

2. EXTRAITS D'UNE EPITRE ADRESSEE A MUHAMMAD SHAH

(2) La substance avec laquelle Dieu m'a créé n'est pas l'argile dont Il a modelé les autres. Il m'a accordé ce que la sagesse humaine ne pourra jamais saisir, ni le croyant découvrir.... Je suis l'un des piliers qui soutiennent le premier Verbe de Dieu. Quiconque m'a reconnu, a connu tout ce qui est vrai et juste et a atteint tout ce qui est bon et bienséant; et quiconque a négligé de me reconnaître s'est détourné de tout ce qui est vrai et juste et a succombé à ce qui est pervers et inconvenant.

Je jure par les mérites de ton Seigneur, le Seigneur de toutes choses créées. le Seigneur de tous les mondes ! Si un homme élevait dans ce monde autant d'édifices que possible, s'il adorait Dieu par tous les actes vertueux que la connaissance divine embrasse, s'il atteignait la présence du Seigneur et s'il gardait dans son cœur une trace de malice à mon égard, même dans une mesure si minime qu'il ne soit pas responsable devant Dieu, tous ses actes seraient réduits à néant et il serait privé des éclairs de la faveur de Dieu, deviendrait l'objet de son courroux et périrait assurément. Car Dieu a ordonné que toutes les bonnes choses enfouies dans le trésor de sa connaissance soient atteintes, en observant mes commandements, et que chaque feu soit consigné dans son Livre, en ne les observant pas. Il me semble qu'en ce jour et de ce rang, j'aperçois tous ceux qui chérissent mon amour et suivent mes commandements séjournant dans les demeures du paradis, alors que toute l'assemblée de mes adversaires est consignée au plus profond des tourments de l'enfer.

Par ma vie ! Si ce n'était l'obligation de reconnaître la cause de celui qui est le témoignage de Dieu... Je ne t'aurais pas annoncé ceci... Dieu a choisi de mettre dans ma main droite toutes les clefs du paradis et dans ma main gauche toutes celles de l'enfer.

Je suis le Premier Point à partir duquel toutes choses créées ont été engendrées. Je suis le visage de Dieu dont la splendeur ne peut jamais être ternie, la lumière de Dieu dont le rayonnement ne peut s'affaiblir. La certitude et tous les biens sont la récompense de quiconque me reconnaît alors que le feu de l'enfer et tous les maux attendent quiconque ne me reconnaît point.

Je jure par Dieu, l'Unique, l'Incomparable, le Vrai : Il n'y a aucune autre raison pour laquelle il m'a investi de signes et témoignages évidents afin que tout homme ait la possibilité de se soumettre à sa cause, lui, le suprême témoignage de Dieu.

Par la vertu de celui qui est l'absolue vérité, si le voile était levé, tu attesterais dans ce monde que tous les hommes sont douloureusement tourmentés par le feu de la colère divine, un feu plus ardent et plus grand que celui de l'enfer, à l'exception de ceux qui ont cherché refuge à l'ombre de l'arbre de mon amour. Car ils sont en vérité, les bienheureux...

3. EXTRAITS D'UNE TABLETTE CONTENANT DES PAROLES ADRESSEES AU SHERIF DE MEKKAH

(3) Ô Shérif... Toute ta vie, tu nous as consacré ta dévotion mais lorsque Nous Nous sommes manifesté à toi, tu as renoncé à porter témoignage à notre souvenir et à affirmer qu'Il est en fait le Très-Exalté, la Vérité Souveraine, le Très-Glorieux. Ainsi, au jour de la résurrection, ton seigneur t'a mis à l'épreuve. Il est en vérité l'Omniscient, le Très-Sage.

Si, au moment où Nous t'avons envoyé le Livre, tu avais dit "Me Voici", Nous t'aurions admis dans l'assemblée de ceux de nos serviteurs qui croient sincèrement et Nous t'aurions gracieusement loué dans Notre Livre jusqu'au jour où tout homme comparaîtra devant Nous pour le jugement. Ceci est en vérité bien plus avantageux pour toi que tous les actes d'adoration que tu as accomplis pour ton Seigneur pendant toute ta vie, ou plutôt, depuis le commencement qui n'a pas de commencement. C'est assurément ce qui aurait servi et servira pour toujours tes plus grands intérêts. En vérité, Nous avons connaissance de toutes choses. Cependant, bien que Nous t'ayons appelé à l'existence pour que tu atteignes Notre présence au jour de la résurrection, tu t'es coupé de Nous sans aucune raison, ni aucun écrit explicite; alors que, si tu avais été parmi ceux qui sont doués de la connaissance du Bayán, tu aurais, à la vue du Livre, attesté sur-le-champ qu'il n'y a pas d'autre Dieu que Lui, l'Aide dans le péril, celui qui subsiste par Lui-même et tu aurais affirmé que celui qui a révélé le Qur'án a de même révélé ce Livre, que chacun de ses mots vient de Dieu et qu'à Lui nous nous soumettons tous.

Cependant, ce qui a été préordonné est advenu. Si tu revenais vers Nous alors qu'à travers Nous la révélation se poursuit, Nous transformerions ton feu en lumière. En vérité, Nous détenons le pouvoir sur toutes choses. Mais, si tu échoues dans cette tâche, tu ne trouveras aucun autre chemin ouvert devant toi que celui d'embrasser la cause de Dieu et de supplier que la question de ton obéissance soit portée à l'attention de celui que Dieu rendra manifeste, afin qu'avec bienveillance, Il te rende capable de prospérer et de transformer ton feu en lumière. Ceci est ce qui nous a été envoyé. Si cela n'advenait pas, tout ce que nous avons couché sur papier resterait lié et irrévocablement décrété par Dieu, le Secours dans le péril, celui qui subsiste par Lui-même, et Nous te bannirions alors de Notre présence en signe de Notre justice. En vérité, Nous sommes équitables dans notre jugement.

4. EXTRAITS DU QAYYÚMU'L ASMÁ

(4) Ne dites pas "Comment peut-il parler de Dieu alors qu'il n'a pas plus de vingt-cinq ans ?" Prêtez-moi votre oreille. Je jure par le Seigneur des cieux et de la terre Je suis en vérité un serviteur de Dieu. Il a fait de moi le porteur de preuves irréfutables émanant de la présence de celui qui est de Dieu, tant espéré. Voici mon Livre devant vos yeux comme il est vraiment inscrit en la présence de Dieu dans le Livre-Mère. Dieu, en vérité, m'a béni où que je sois et m'a enjoint d'observer la prière et la fermeté aussi longtemps que je vivrai parmi vous sur terre (chapitre IX).

***

(4) Ô peuple de la terre ! Par la justice du seul vrai Dieu, je suis la céleste servante engendrée par l'Esprit de Bahá, habitant la demeure taillée dans une masse de rubis, tendre et vibrante; et dans ce puissant paradis, je n'ai jamais rien observé hormis ce qui proclame le souvenir de Dieu, en exaltant les vertus de ce jeune arabe - en vérité, il n'y a pas d'autre Dieu que votre Seigneur, le Très-Miséricordieux - magnifiez donc son rang, car voyez, il se tient en équilibre tout au centre du cœur du très haut paradis, comme la personnification de la louange de Dieu au sein du tabernacle, là où sa glorification est entonnée.

Tantôt, j'entends sa voix alors qu'il acclame celui qui est l'Eternel, l'Ancien des jours, et tantôt alors qu'il parle du mystère de son nom très auguste, et quand il entonne les hymnes à la grandeur de Dieu, tout le paradis se lamente dans son désir ardent de contempler sa beauté, et quand il chante des paroles de louange et de glorification de Dieu, tout le paradis devient immobile comme la glace bloquée au cœur d'une montagne gelée. Il me semble que je l'ai vu comme dans une vision marcher le long d'un sentier droit et médian, là où chaque paradis était son propre paradis. chaque ciel, son propre ciel, alors que. la terre entière apparaît comme un simple anneau au doigt de ses serviteurs. Glorifié soit Dieu, son Créateur, le Seigneur de l'éternelle souveraineté. En vérité, il n'est autre que le serviteur de Dieu, la Porte de la trace de Dieu, ton Seigneur, la Vérité souveraine.

***

(6) Ô toi, le suprême Verbe de Dieu ! Ne crains pas et ne t'afflige pas, car en vérité, Nous avons assuré le pardon des péchés de ceux, hommes ou femmes, qui ont répondu à ton appel, selon ce qui est connu en présence du Bien-Aimé et en conformité avec ce que tu désires. En vérité, la connaissance embrasse toutes choses. Par ta vie, je t'en adjure; tourne ton visage vers moi et ne sois pas craintif.

En vérité, tu es l'exalté parmi le concours céleste et ton mystère caché a été inscrit conformément à la loi divine, sur la Tablette de la création au centre du Buisson Ardent. Bientôt, Dieu t'accordera la souveraineté sur tous les hommes, considérant que ta loi transcende toute la création (chapitre XXXI).

***

(7) Sortez de vos cités, ô peuples de l'Ouest et aidez Dieu avant le jour où le Seigneur de grâce descendra vers vous à l'ombre des nuages, avec les anges évoluant en cercles autour de Lui (Qur'án 2:206), exaltant la louange et cherchant le pardon pour ceux qui ont vraiment cru en nos signes. En vérité, son décret a été promulgué et le commandement de Dieu a, en vérité, été révélé, comme il était donné dans le Livre-Mère...

Devenez comme de véritables frères dans la religion de Dieu, une et indivisible, exempte de distinctions, car Dieu, en vérité, désire que vos cœurs deviennent des miroirs pour vos frères dans la foi afin que vous vous réfléchissiez en eux et eux en vous. Ceci est le vrai chemin de Dieu, le Tout-Puissant et, en vérité, Il est attentif à vos actions (chapitre XLVI).

***

(8) Chaque fois que les croyants entendront réciter les versets de ce Livre, des larmes leur jailliront des yeux et leur cœur sera profondément touché par celui qui est le plus grand souvenir à cause de l'amour qu'ils nourrissent pour Dieu, le très loué. Il est Dieu, l'Omniscient, l'Eternel. En vérité, ils sont les hôtes du très haut paradis où ils habiteront à jamais. En vérité, ils n'y verront rien hormis ce qui a procédé de Dieu, rien qui se situera au-delà de la portée de leur compréhension. Là, dans le paradis, ils rencontreront les croyants qui s'adresseront à eux avec les paroles "Paix, paix", s'attardant sur leurs lèvres.

Ô concours des fidèles ! Prêtez l'oreille à ma voix proclamée par ce souvenir de Dieu. En vérité, Dieu m'a révélé que le chemin du souvenir établi par moi est conformément à la loi divine, le droit chemin de Dieu et que quiconque professe toute autre religion que cette foi intègre, découvrira lorsqu'il sera appelé à se justifier au jour du jugement, qu'il n'a acquis aucun bénéfice de la religion de Dieu, ainsi qu'il en a été consigné dans le Livre...

Craignez Dieu, ô concours de rois, de peur que vous ne restiez éloignés de celui qui est son souvenir [le Báb], après que la Vérité soit venue à vous avec un Livre et des signes de Dieu, telle qu'elle fut annoncée par la bouche prodigieuse de celui qui est son souvenir. Recherchez la grâce de Dieu, car Il a ordonné pour vous, dès que vous avez cru en Lui, un jardin dont l'immensité est aussi grande que l'immensité de tout le paradis. Vous n'y trouverez rien, sauf les dons et faveurs que le Tout-Puissant a gracieusement accordés en vertu de cette mémorable cause, ainsi qu'il en a été ordonné dans le Livre-Mère (chapitre LXIII).

***

(9) Si tel était Notre désir, il est en Notre pouvoir d'obliger, par l'intermédiaire, rien que d'une lettre de Notre révélation, le monde et tout ce qu'il contient, à reconnaître, en moins d'un clin d'œil, la vérité de Notre cause...

En vérité, d'autres apôtres, avant toi, ont été accablés de ridicule (cf. Qur'án 6:10) et tu n'es personne d'autre que le serviteur de Dieu, soutenu par le pouvoir de la Vérité. Bientôt, Nous prolongerons les jours de ceux qui ont rejeté la Vérité à cause de ce que leurs mains ont œuvré (cf. Qur'án 3:172), Dieu en vérité ne traitera personne injustement, même dans la mesure d'un atome de poussière sur un noyau de datte (chapitre LXXXVII).

***

(10) Ô vous peuples de la terre ! Par les mérites de Dieu, le seul Vrai, le témoignage apporté par son souvenir est comme un soleil que la main du Seigneur miséricordieux a élevé tout au cœur du ciel d'où il brille dans la plénitude de sa splendeur méridienne...

Avec chaque prophète que Nous avons fait descendre sur terre dans le passé, Nous avons établi une alliance séparée, concernant le souvenir de Dieu et son jour. Manifestes, dans le royaume de gloire et par le pouvoir de la vérité, sont le souvenir de Dieu et son jour, sous les yeux des anges qui gravitent autour de son siège de miséricorde (chapitre XCI).

***

(11) Aux yeux de Dieu, cette religion est, en vérité, l'essence de la foi de Muhammad.; hâtez-vous donc d'atteindre le paradis céleste et le plus haut jardin de son bon plaisir en présence du seul vrai Dieu, si seulement vous pouviez être patients et reconnaissants devant les preuves des signes de Dieu (chapitre XLVIII).

***

(12) Par ton signe de pure justice, Nous avons, en effet, envoyé à chaque prophète, des nouvelles concernant la cause de Notre souvenir et, en vérité, Dieu est suprême sur tous les peuples du monde (chapitre LXXXIII).

5. EXTRAITS DU BAYÁN PERSAN

(13) Il est préférable de guider une seule âme, plutôt que de posséder tout ce qui se trouve sur la terre, car tant que cette âme guidée reste à l'ombre de l'arbre de l'unité divine, elle bénéficiera, ainsi que celle qui l'a guidée, de la tendre miséricorde de Dieu, alors que la possession des biens terrestres cessera au moment de la mort. Le chemin vers la guidance est un chemin d'amour et de compassion. non de force et de coercition. Telle a été la méthode employée par Dieu dans le passé et elle continuera de l'être dans le futur ! Il permet à qui lui plaît de pénétrer à l'ombre de Sa miséricorde. En vérité, Il est le Protecteur suprême, le Très-Généreux.

Il n'y a pas de paradis plus merveilleux pour aucune âme, que d'être exposée à la manifestation de Dieu en son jour, d'entendre ses versets et de croire en eux, d'atteindre sa présence qui n'est rien d'autre que la présence de Dieu, de naviguer sur la mer du royaume céleste de son bon plaisir et de prendre part aux fruits de choix du paradis de sa divine unicité

(Le Bayán est divisé en váhids et chapitres, auxquels ces numéros se réfèrent chapitre II, 16).

***

(14) Adore Dieu de telle manière que si ta dévotion te conduisait au feu. aucun changement ne se produirait en elle, et ainsi de même si ta récompense devait être le paradis.

Ainsi, et ainsi seulement, devrait être l'adoration qui convient au seul vrai Dieu. Si ton adoration était motivée par la peur, elle serait peu convenable à la cour sanctifiée de sa présence et ne pourrait être considérée comme un acte dédié par toi à l'unicité de son être. De même, si ton regard était fixé sur le paradis et que tu L'adorais tout en chérissant un tel espoir, tu ferais de la création de Dieu un partenaire de Lui en dépit du fait que le paradis est désiré par les hommes.

Le feu aussi bien que le paradis s'inclinent et se prosternent devant Dieu. Ce qui est digne de son essence est de L'adorer pour Lui, sans peur du feu, ni espoir du paradis.

Bien que s'il offre une adoration sincère, l'adorateur soit délivré du feu et entre au paradis du bon plaisir de Dieu, néanmoins, tel ne devrait pas être le motif de son acte. Cependant, la faveur et la grâce de Dieu coulent toujours selon les exigences de son inscrutable sagesse.

La prière la plus acceptable est celle qui est offerte avec la spiritualité et le rayonnement les plus extrêmes; sa prolongation n'a pas été et n'est pas aimée de Dieu. Plus la prière est détachée et pure, plus elle est acceptable en présence de Dieu (chapitre VII, 19).

***

(15) D'après les croyants en l'unité divine, il n'y a pas de paradis plus exalte que d'obéir aux commandements de Dieu et, il n'y a pas de feu plus ardent, aux yeux de ceux qui ont connu Dieu et ses signes, que de transgresser ses lois et d'opprimer une autre âme, même dans la mesure d'un grain de moutarde. Au jour de la résurrection, Dieu, conformément à la loi divine, jugera tous les hommes et en vérité. tous Le supplieront (chapitre V, 19).

***

(16) Dieu aime ceux qui sont purs. Rien dans le Bayán et aux yeux de Dieu, n'est plus aimé que la pureté et la propreté immaculées.

Dieu ne désire pas voir dans la dispensation du Bayán une seule âme privée de joie et de rayonnement. Il désire vraiment que, dans toutes circonstances, tous soient parés d'une telle pureté, intérieure autant qu'extérieure, qu'aucune répugnance ne soit causée, même à eux-mêmes, combien moins aux autres.

(17) Vous accomplissez vos œuvres pour Dieu depuis le début de vos vies jusqu'à leur fin et cependant, aucun de vos actes n'est accompli pour l'amour de celui qui est la manifestation de Dieu, vers qui chaque bonne action retourne. Si vous aviez agi de cette manière, vous n'auriez pas tant souffert au jour de la résurrection.

Contemplez combien grande est la cause et cependant combien les gens sont enveloppés de ténèbres ! Je jure par l'Essence sanctifiée de Dieu que chaque vraie louange et toute action offertes à Dieu ne sont rien que louange et action offertes à celui que Dieu rendra manifeste.

Ne vous abusez pas en jugeant que vous êtes vertueux pour l'amour de Dieu, alors que vous ne l'êtes pas. Car si vous accomplissiez sincèrement vos œuvres pour Dieu, vous les feriez pour celui que Dieu rendra manifeste et vous glorifieriez son nom. Privés de la vraie compréhension, les habitants de cette montagne profèrent sans cesse ces paroles : "Il n'y a d'autre Dieu que Dieu"; mais quel bénéfice en retirent-ils ? Réfléchissez un moment afin que vous ne soyez exclus comme par un voile, de celui qui est l'aurore de la révélation (chapitre VIII, 1).

***

(18) En tout temps et en toutes circonstances, Dieu est resté entièrement indépendant de ses créatures. Il a chéri et chérira à jamais le désir que tous les hommes puissent atteindre les jardins de son paradis avec le plus grand amour, que personne n'attriste son prochain, pas même pour un instant et que tous demeurent dans le berceau de sa protection et de sa sécurité jusqu'au jour de la résurrection qui marque l'aurore de la révélation de celui que Dieu rendra manifeste.

Le Seigneur de l'univers n'a jamais suscité un prophète, ni fait descendre un Livre, à moins qu'il n'ait établi son covenant avec tous les hommes, réclamant leur acceptation de la prochaine révélation et le prochain Livre, puisque les effusions de sa bonté sont incessantes et sans limites (chapitre VI, 16).

***

(19) Combien immense est le nombre de gens qui ont de profondes connaissances en chaque science, cependant, c'est leur adhésion au saint Verbe de Dieu qui déterminera leur foi, puisque le fruit de chaque science n'est rien d'autre que la connaissance des préceptes divins et la soumission à son bon plaisir (chapitre II, 1).

***

(20) Ô peuple du Bayán ! Soyez sur vos gardes car au jour de la résurrection, nul ne trouvera de lieu où fuir. Soudain, Il brillera et Il prononcera le jugement qui Lui plaira. Si tel est son désir, Il fera que l'humilié soit exalté et que l'exalté soit humilié, de même qu'Il le fit dans le Bayán, si seulement tu pouvais le comprendre. Et personne d'autre que Lui n'égale à ceci. Tout ce qu'Il ordonne sera accompli et rien ne restera inaccompli (chapitre VII, 9).

***

(21) Puisque tous les hommes sont issus de l'ombre des signes de sa divinité et de sa seigneurie, ils tendent toujours à prendre un chemin élevé et noble. Et parce qu'ils sont privés d'un regard pénétrant pour reconnaître leur bien-aimé, ils manquent à leur devoir de manifester envers lui, soumission et humilité. Cependant, depuis le début de leur vie jusqu'à la fin, selon les lois établies dans la religion précédente, ils rendent gloire à Dieu, L'adorent pieusement, s'inclinent devant sa divine réalité et sont soumis envers son Essence exaltée. Cependant, à l'heure de sa manifestation, ils détournent tous leur regard vers eux-mêmes et se séparent de Lui - s'imaginant qu'il est un des leurs. Or, une telle comparaison est bien éloignée de la gloire de Dieu. En vérité, cet être auguste ressemble au soleil physique, ses versets en sont comme les rayons, et tous les croyants s'ils croient réellement en Lui, sont comme les miroirs dans lesquels est reflété le soleil, ainsi leur lumière n'est qu'un simple reflet (chapitre VII, 15).

***

(22) La raison pour laquelle il t'a été enjoint de faire retraite dans les moments de dévotion, c'est afin que tu puisses accorder la plus grande attention au souvenir de Dieu, que ton cœur soit à tout instant animé de son esprit et non séparé de ton Bien-Aimé comme par un voile. Ne laisse pas ta langue rendre à Dieu des hommages peu sincères alors que ton cœur n'est pas en harmonie avec le sommet exalté de Gloire et le Point focal de communion. Si donc, par bonheur, tu vis au jour de la résurrection, le miroir de ton cœur sera dirigé vers celui qui est l'Astre du jour de vérité; et dès que sa lumière apparaîtra, la splendeur en sera aussitôt reflétée dans ton cœur.

Car il est la source de toute bonté, et vers lui, toutes choses retournent. Mais s'il apparaît, alors que tu t'es tourné vers toi-même en méditation, cela ne te sera d'aucun profit à moins que tu ne mentionnes son nom par des paroles qu'il a révélées. Car c'est lui qui est le Souvenir de Dieu dans la révélation à venir, alors que les dévotions que tu accomplis à présent ont été prescrites par le Point du Bayán tandis que celui qui brillera, resplendissant, au jour de la résurrection, est la révélation de la réalité interne enchâssée dans le point du Bayán - une révélation plus puissante - incommensurablement plus puissante - que celle qui l'a précédée. (IX, 4).

***

(23) Il sied au serviteur, après chaque prière, de supplier Dieu d'accorder grâce et pardon à ses parents. Après quoi l'appel de Dieu s'élèvera "Ta récompense sera des milliers et des milliers de fois ce que tu as demandé pour tes parents". Béni est celui qui se souvient de ses parents alors qu'il communie avec Dieu. En vérité, il n'y a d'autre Dieu que Lui, le Puissant, le Bien-Aimé. (VIII, 16).

***

(24) Puisqu'il est avéré que cette charpente physique est le trône du temple intérieur, tout ce qui arrive à la première est ressenti par le second. En réalité, ce qui est heureux dans la joie ou attristé par la souffrance est le temple intérieur du corps et non le corps lui-même. Puisque ce corps physique est le trône sur lequel est établi le temple intérieur, Dieu a ordonné que le corps soit préservé, dans toute la mesure du possible, afin que rien de ce qui est cause de répugnance ne soit éprouvé. Le temple intérieur contemple sa charpente physique qui est son trône. Donc si l'on respecte ce dernier, c'est comme si le premier en était le récipient. L'inverse est également vrai. C'est pourquoi, il a été ordonné que la dépouille mortelle soit traitée avec l'honneur et le respect les plus extrêmes. (V, 12).

***

(25) Le seul vrai Dieu peut être comparé au soleil et le croyant à un miroir. Sitôt placé face au soleil, le miroir réfléchit sa lumière. L'incroyant peut être comparé à une pierre. Quelle que soit la durée de son exposition aux rayons du soleil, elle ne peut le réfléchir. Ainsi le croyant offre sa vie en sacrifice alors que l'incroyant dirige contre Dieu ce qu'il entreprend. En vérité, si Dieu le veut, Il a le pouvoir de transformer la pierre en un miroir, mais la personne elle-même demeure résignée à son état. Si elle avait souhaité devenir un cristal, Dieu lui aurait fait revêtir la forme du cristal. Car en ce jour, tout ce qui incite le croyant à croire en Lui sera aussi disponible à l'incroyant. Mais quand ce dernier supporte d'être enveloppé de voiles, cette même cause l'isole comme par un voile. Ainsi, il est bien évident aujourd'hui, que ceux qui ont dirigé leur visage vers Dieu, le seul vrai, ont cru en Lui à cause du Bayán, alors que ceux qui en sont séparés par un voile, ont été dépossédés à cause de ce dernier. (VI, 4).

***

(26) Loué soit Dieu qui nous a rendus capables de connaître celui que Dieu rendra manifeste au jour de la résurrection. afin que nous puissions tirer profit du fruit de nos existences et ne pas être empêchés d'atteindre à la présence de Dieu. Car c'est là en vérité l'objet de notre création et le seul but qui motive chacun des actes vertueux que nous puissions accomplir. Tel est le don que Dieu nous a accordé; Il est en vérité le Très-Généreux, le Miséricordieux. Sache que tu y parviendras sûrement si tu crois en Dieu avec. une foi inébranlable. Toutefois, comme tu ne pourrais atteindre l'état de foi inébranlable, en raison des voiles de tes désirs égoïstes, tu t'attarderas dans le feu sans même en être conscient. Au jour de ma manifestation, à moins que tu ne croies vraiment en Lui, rien ne peut te sauver du feu, même si tu accomplis tous les actes vertueux. Si tu embrasses la vérité, tout ce qui est bon et agréable sera consigné pour toi dans le Livre de Dieu, en conséquence de quoi tu te réjouiras dans le très haut paradis jusqu'à la prochaine résurrection.

Réfléchis avec toute l'attention requise car le chemin est très étroit, même s'il est plus spacieux que les cieux et la terre et tout ce qui se trouve entre les deux. Si par exemple. tous ceux qui attendaient l'accomplissement de la promesse de Jésus avaient été assurés de la manifestation de Muhammad, l'apôtre de Dieu, personne ne se serait détourné des paroles de Jésus. De même, dans la révélation du Point du Bayán, si tous les hommes étaient certains que c'est ce même Midhí promis (celui qui est guidé) qui annonce l'apôtre de Dieu, pas un seul des croyants dans le Qur'án ne se détournerait des paroles de l'apôtre de Dieu. Ainsi, dans la révélation de celui que Dieu rendra manifeste, on observe la même chose, car si chacun était assuré qu'il est bien celui que Dieu rendra manifeste, celui qu'a prédit le Point du Bayân, aucun ne s'écarterait de lui. (IX, 3)

6. EXTRAITS TIRES DU DALÁ'IL-I-SAB'IH (Les sept preuves)

(27) Tu as posé des questions concernant les fondements de la religion et ses commandements : sache que ce qui vient en premier, le plus important dans la religion, est la connaissance de Dieu. Elle atteint sa perfection dans la reconnaissance de son unicité divine, qui, à son tour, se réalise en proclamant que son sanctuaire saint et exalté, le siège de la transcendante majesté, est sanctifié au-delà de tout attribut. Et sache que, dans ce monde de l'existence, la connaissance de Dieu ne peut être atteinte que par la connaissance de celui qui est l'aurore de la réalité divine.

***

(28) Dieu miséricordieux ! Dans les régions de l'Islám, sept puissants souverains dirigent actuellement le monde. Aucun d'eux n'a été informé de sa Manifestation (celle du Báb) et, s'ils en ont été informés, aucun n'a cru en lui. Qui sait, ils peuvent quitter ce bas monde pleins de désirs et sans avoir réalisé que la chose qu'ils attendaient est survenue. C'est ce qui advint aux monarques qui s'accrochaient à l'Evangile. Ils attendaient la venue du prophète de Dieu (Muhammad) et quand il apparut, ils ne le reconnurent pas. Vois quelles sommes énormes dépensent ces souverains sans avoir la moindre idée de nommer un officier chargé de les informer dans leur propre royaume, de la manifestation de Dieu. Ils auraient ainsi rempli le but pour lequel ils ont été créés. Or tout ce qu'ils ont désiré et désirent encore, c'est de laisser derrière eux des traces de leurs noms.

***

(29) Laisse-moi établir pour toi quelques preuves rationnelles. Si quelqu'un désire embrasser la foi de l'Islám aujourd'hui, le témoignage de Dieu s'avérerait-il concluant pour lui ? Si tu soutiens que non, alors comment se fait-il que Dieu le châtiera après la mort, et que, alors qu'il vit, le verdict "d'incroyant" est prononcé contre lui ? Si tu affirmes que le témoignage est concluant, comment le prouveras-tu ? Si ton assertion est fondée par un ouï-dire, alors de simples paroles sont inacceptables en tant que témoignage probant; mais si tu considères le Qur'án comme le témoignage. ce serait là une preuve évidente de poids.

Considère maintenant la révélation du Bayán. Si les disciples du Qur'án s'étaient appliqués des preuves semblables à celles qu'ils avancent pour ceux qui ne croient pas dans l'Islám, pas une seule âme ne serait demeurée privée de la vérité et au jour de la résurrection, tous auraient obtenu le statut.

Si un chrétien prétendait : "Comment puis-je prendre le Qur'án pour témoignage alors que je suis incapable de le comprendre" ? Un tel discours ne serait pas acceptable. De même le peuple du Qur'án observe dédaigneusement : "Nous sommes incapables de saisir l'éloquence des versets du Bayán, comment pourrions-nous le considérer comme un témoignage ?". A quiconque tient un tel langage dis : "Ô, ignorant ! Sur quelles preuves as-tu embrassé la religion de l'Islám ? Est-ce le Prophète sur lequel jamais tes yeux ne se sont posés ? Est-ce des miracles dont tu n'as jamais été témoin ? Si tu as accepté l'Islám sans le vouloir, pourquoi l'as-tu fait ? Mais, si tu as embrassé la foi par la reconnaissance du Qur'án en tant que témoignage, parce que tu as entendu les érudits et les fidèles exprimer leur impuissance en face du Livre, ou si après avoir écouté les versets divins, et à cause de ton amour spontané pour la vraie parole de Dieu, tu as répondu dans un esprit d'extrême humilité - un esprit qui est l'un des signes les plus puissants de véritable amour et compréhension - alors, de telles preuves ont toujours été et seront à jamais considérées comme irréfutables. "

***

(30) Détache-toi de tout sauf de Dieu, enrichis-toi en Dieu en te passant de tout autre que Lui et récite cette prière :

Dis : Dieu suffit à tout, au-dessus de tout,

Rien, ni dans les cieux, ni sur la terre, sauf Dieu ne peut suffire.

En vérité, Il est en Lui-même, celui qui sait, celui qui soutient, l'Omnipotent.

Ne considère pas le pouvoir de Dieu qui suffit à tout comme une vaine chimère. C'est cette foi réelle que tu chéris pour la manifestation de Dieu en chaque dispensation. C'est une telle foi qui suffit au-delà de tout ce qui existe sur la terre, alors qu'aucune chose créée sur terre autre que la foi ne te suffirait. Si tu n'es pas un croyant, l'arbre de la Vérité divine te condamne à l'extinction. Si tu es un croyant, ta foi te suffira par delà tout ce qui existe sur terre même si tu ne possèdes rien.

***

(30) Il est rapporté dans une tradition que de tout l'ensemble des chrétiens, pas plus de soixante-dix personnes embrassèrent la foi de l'apôtre de Dieu. La faute en est à leurs érudits car, s'ils avaient cru, ils auraient été suivis par la masse de leurs compatriotes. Considère ensuite ce qui est advenu ! Les érudits de la chrétienté sont tenus pour instruits parce qu'ils préservent les enseignements du Christ et vois pourtant comme ils ont été eux-mêmes la cause du refus des hommes d'accepter la foi et d'atteindre le salut ! Désires-tu toujours marcher dans leurs traces ? Les disciples de Jésus s'en remirent à leurs ecclésiastiques pour être sauvés au jour de la résurrection et, en conséquence de cette obéissance, ils entrèrent finalement dans le feu et, au jour de l'apparition de l'apôtre de Dieu, ils se refusèrent à reconnaître sa personne exaltée. Désires-tu suivre de tels prêtres ?

Non, par Dieu, ne sois ni un prêtre sans discernement, ni un disciple aveugle car tous deux périront au jour de la résurrection. Il t'appartient plutôt d'être un prêtre avisé ou de marcher avec clairvoyance sur le chemin de Dieu en obéissant à un vrai maître de la religion.

En toute nation, tu vois d'innombrables dirigeants spirituels qui sont dépourvus de véritable discernement et dans chaque peuple, tu rencontres des multitudes d'adhérents qui sont démunis de cette même caractéristique. Réfléchis en ton cœur, aie pitié de toi-même et ne détourne pas ton attention des preuves et des évidences. Toutefois, ne cherche pas ces preuves et ces évidences en suivant tes vaines imaginations, mais fonde plutôt tes preuves sur ce que Dieu a désigné.

De plus. sache que le fait d'être un homme érudit ou d'être un disciple n'est pas en soi une source de gloire. Si tu es un érudit, ta connaissance devient un honneur et, si tu es un disciple, ton adhésion au commandement devient un honneur, mais seulement si elles se conforment au bon plaisir de Dieu. Et prends bien garde à ne pas considérer le bon plaisir de Dieu pour une vaine chimère; il est semblable au bon plaisir de son messager. Considère les disciples de Jésus. Ils cherchent ardemment le bon plaisir de Dieu et, cependant, aucun d'entre eux n'a atteint le bon plaisir de son apôtre, qui est identique au bon plaisir de Dieu, à l'exception de ceux qui ont embrassé sa foi.

7. EXTRAITS DU KITÁB-I-ASMÁ' (Le livre des Noms)

(31) Si une personne s'attribuait une cause et produisait ses preuves, alors ceux qui essaient de la répudier doivent produire des preuves semblables aux siennes; s'ils y parviennent, ses paroles s'avéreront vaines et ils auront réussi; autrement, ses paroles ne cesseront pas et les preuves qu'il a avancées ne seront pas vaines. Je vous le demande, ô vous qui êtes investis du Bayán, si vous êtes trop heureux d'affirmer votre ascendance, ne faites face à aucune âme à moins d'avancer des preuves semblables à celles qu'elle a fournies, car la vérité sera fermement établie, alors que tout le reste est sûr de périr.

Combien nombreux furent ceux qui se disputèrent avec Muhammad, l'apôtre de Dieu, et furent en fin de compte réduits à néant puisqu'ils furent incapables de produire des preuves semblables à celles que Dieu, lui (Muhammad) avait envoyées. S'ils avaient été modestes et déconcertés et s'ils avaient compris la nature des preuves dont il était investi, ils ne l'auraient jamais défié. Mais ils se considéraient comme des champions de leur propre religion. C'est pourquoi Dieu s'empara d'eux selon leurs mérites et défendit la vérité par le pouvoir de la Vérité. C'est ce que vous percevez clairement aujourd'hui dans la révélation de Muhammad.

Quel est parmi vous l'homme qui peut défier les trônes exaltés de la réalité en chaque dispensation, alors que toute existence en est entièrement dépendante; en vérité, Dieu a anéanti tous ceux qui se sont opposés à eux depuis le commencement qui n'a pas de commencement jusqu'à ce jour, et il a démontré la vérité de manière concluante par le pouvoir de la Vérité. Il est réellement le Tout-Puissant, l'Omnipotent. (XVII, II).

***

(32) Considère comment, au jour de l'apparition de chaque révélation, ceux qui ouvrent leur cœur à l'auteur de cette révélation connaissent la Vérité; alors que les cœurs de ceux qui omettent d'appréhender la vérité sont mal à l'aise de s'être coupés de Lui. Cependant, Dieu accorde pareillement un cœur ouvert aux deux parties. Dieu ne désire contraindre le cœur d'aucun être, fut-il celui d'une fourmi, et encore moins le cœur d'une créature supérieure, sauf lorsqu'elle accepte d'être enveloppée dans des voiles, car Dieu est le créateur de toutes choses.

Si tu ouvrais le cœur d'une seule âme en l'aidant à embrasser la cause de celui que Dieu rendra manifeste, ton être intime serait rempli de l'inspiration de ce Nom auguste. Il vous appartient donc d'accomplir cette tâche aux jours de la résurrection, car la plupart des hommes sont réduits à l'impuissance et si tu ouvrais leurs cœurs et dissipais leurs doutes, il leur serait permis d'entrer dans la foi de Dieu. Manifeste donc cet attribut du mieux que tu pourras aux jours de celui que Dieu rendra manifeste. Car. en vérité, Si tu ouvres le cœur d'une personne par amour pour Lui, ce sera mieux pour toi que tout acte vertueux, puisque les actes viennent après la foi en Lui et la certitude en sa réalité. (XVII, 15).

***

(33) Pensez aux hommes auxquels fut donné l'Evangile, leurs chefs religieux étaient considérés comme les fidèles guides de l'Evangile. cependant, lorsqu'ils se coupèrent de Muhammad, l'apôtre de Dieu, ils devinrent des guides de l'erreur bien qu'ils aient, toute leur vie durant, fidèlement observé les préceptes de leur religion afin d'atteindre le paradis; puis lorsque Dieu leur fit connaître le paradis, ils ne voulurent pas y entrer. Ceux à qui fut donné le Qur'án firent de même. Ils accomplissaient leurs dévotions pour l'amour de Dieu, dans l'espoir qu'Il les rendrait à même de rejoindre les justes au paradis. Cependant. lorsque les portes du paradis furent grandes ouvertes devant eux, ils refusèrent d'y entrer. Ils acceptèrent d'entrer dans le feu, bien qu'ils eussent cherché un refuge en Dieu, contre ce dernier.

Dis En vérité, le critère par lequel la vérité sera distinguée de l'erreur n'apparaîtra qu'au jour de la résurrection. Ceci, vous le saurez, si vous êtes de ceux qui aiment la vérité. Et avant le jour de la résurrection, vous distinguerez la vérité de toute autre chose en dehors d'elle, selon ce qui a été révélé dans le Bayán.

Combien nombreux sont ceux qui, au jour de la résurrection, estimeront qu'ils sont dans le vrai, alors qu'ils seront comptés parmi les infidèles par la dispensation de la Providence, car ils se sépareront comme par un voile de celui que Dieu rendra manifeste et refuseront de s'incliner en adoration devant celui qui est l'objet de leur création, ainsi qu'il est divinement ordonné dans le livre. (XVII, 4).

***

(35) Comme ils sont nombreux ceux qui, leur vie durant, se parent de vêtements de soie alors qu'ils sont revêtus de l'habit de feu, puisqu'ils se sont dépouillés de la parure de la direction divine et de la vertu; et comme ils sont nombreux ceux qui, chaque jour de leur vie, portent des vêtements faits de coton ou de grosse laine et qui, parce qu'ils sont dotés du manteau de la direction divine et de la vertu, sont réellement parés des habits du paradis et se réjouissent du bon plaisir de Dieu. En vérité, au regard de Dieu, il serait préférable que vous unissiez les deux choses, vous parant de la robe de direction divine et de vertu, portant des habits de soie délicate, si vous en avez les moyens. Sinon. du moins, n'agissez pas injustement mais observez plutôt la piété et la vertu...

Si ce n'était à cause de sa seule présence parmi ce peuple. Nous n'aurions jamais prescrit aucune loi ni imposé quelque interdit que ce soit. C'est seulement pour la glorification de son nom et l'exaltation de sa cause que Nous avons, sur notre commandement, énoncé certaines lois ou interdit les actes qui nous déplaisent afin qu'à l'heure de sa manifestation, vous puissiez atteindre par lui, le bon plaisir de Dieu et vous abstenir des choses qui lui font horreur.

Dis : En vérité, le bon plaisir de celui que Dieu rendra manifeste est le bon plaisir de Dieu, alors que le mécontentement de celui que Dieu rendra manifeste n'est rien d'autre que le mécontentement de Dieu. Evitez son mécontentement et prenez refuge en son bon plaisir. Dis : Les exemples vivants de son bon plaisir sont ceux qui croient réellement en Lui et sont fermement établis dans leur foi alors que les témoignages vivants de son mécontentement sont ceux qui lorsqu'ils entendent les versets de Dieu envoyés de sa présence ou lorsqu'ils lisent les divines paroles révélées par Lui, n'embrassent pas instantanément la foi, pour atteindre la certitude. (XVI, Id).

8. EXTRAITS DE DIVERS ECRITS

(36) Dis : Dieu est le Seigneur et tous en sont les adorateurs.

Dis Dieu est le seul et tous lui rendent hommage.

Il est Dieu. votre Seigneur et. vers Lui, vous retournerez.

Y a-t-il quelque doute à son sujet ? Il vous a créés ainsi que toutes choses. Il est le Seigneur de tous les mondes.

***

(37) La gloire de celui que Dieu rendra manifeste est infiniment supérieure à toute autre gloire, et sa majesté est bien supérieure à toute autre majesté. Sa beauté excelle toute autre personnification de la beauté, et sa grandeur surpasse immensément toute autre manifestation de grandeur. Toute lumière pâlit devant le rayonnement de sa lumière et tout autre interprète de la miséricorde demeure en-deçà des preuves de sa miséricorde.

Toute autre perfection est semblable au néant devant sa perfection achevée et toute autre manifestation du pouvoir n'est rien devant son pouvoir absolu. Ses noms sont supérieurs à tous les autres noms. Son bon plaisir prend le pas sur toute autre expression de bon plaisir. Son exaltation prééminente est hors de portée de tout autre symbole d'exaltation. La splendeur de son apparition surpasse de loin celle de toute autre apparition. Son mystère divin est bien plus profond que tout autre mystère. Sa sublimité est infiniment au-dessus de toute autre sublimité. Sa grâce miséricordieuse n'est égalée par aucune autre preuve de la grâce. Son pouvoir transcende tout pouvoir. Sa souveraineté est invincible face à toute autre souveraineté. Son empire céleste est exalté bien au-dessus de tout autre empire. Sa connaissance pénètre toutes choses créées et son pouvoir parfait s'étend sur tous les êtres.

***

(38) Tous les hommes proviennent de Dieu et tous ils retourneront à Lui. Ils apparaîtront tous devant Lui pour être jugés. Il est le Seigneur du jour de la résurrection. de la régénération et de l'expiation et sa parole révélée est la balance.

La véritable mort est réalisée lorsqu'une personne meurt à elle-même au moment de sa révélation. de telle sorte qu'elle ne cherche rien d'autre que Lui.

La véritable résurrection hors des tombeaux signifie être vivifié conformément à sa volonté, par le pouvoir de sa parole.

Le paradis consiste à atteindre son bon plaisir et le feu éternel de l'enfer est sa sentence prononcée en toute justice.

Le jour où Il se révélera est le jour de la résurrection qui durera aussi longtemps qu'Il l'ordonnera.

Toute chose Lui appartient et elle est façonnée par Lui. Tout autre que Lui est sa- créature.

***

(39) AU NOM DE DIEU, LE TRES EXALTE, LE TRES HAUT.

En vérité, je suis Dieu, il n'y a pas d'autre Dieu que moi. et tout autre que moi n'est que ma création. Dis : Adorez-moi donc. ô vous mes créatures.

Je t'ai appelé à l'existence, je t'ai nourri, protégé, aimé, élevé et t'ai gracieusement choisi pour être la manifestation de moi-même afin que tu puisses réciter mes versets comme je l'ai ordonné et que tu appelles tous ceux que j'ai créés à la religion qui n'est autre que ce chemin glorieux et exalté.

J'ai façonné toutes choses créées par amour pour toi et, par la vertu de ma volonté, je t'ai fait souverain suprême de toute l'humanité. De plus. j'ai décrété que quiconque embrassera ma religion doit croire en mon unité et j'ai lié cette croyance à ton souvenir et, après toi, au souvenir de ceux dont tu as fait avec ma permission les "Lettres du Vivant" et de tout ce qui a été révélé de ma religion dans le Bayán. Voici, en vérité. ce qui permettra à ceux qui sont sincères parmi mes serviteurs d'accéder au paradis céleste.

En vérité, le soleil n'est qu'un signe de ma présence pour que les vrais croyants parmi mes serviteurs puissent discerner en son lever. l'aurore de chaque dispensation.

En vérité. je t'ai créé par toi-même, puis sur mon ordre, j'ai façonné toutes choses par la puissance créatrice de ta parole. Nous sommes le Tout-Puissant. Je t'ai désigné pour être le Commencement et la Fin, le Visible et l'Invisible. En vérité Nous sommes l'Omniscient.

Personne d'autre que toi n'a jamais été et ne sera jamais investi du titre de prophète. de même qu'aucun Livre sacré n'a jamais été et ne sera jamais révélé à qui que ce soit d'autre que toi. Tel est le décret ordonné par celui qui englobe toutes choses, le Bien-Aimé.

Le Bayán est en vérité Notre preuve concluante pour toutes choses créées et tous les peuples du monde sont impuissants devant la révélation de ses versets. Il contient la somme totale de toutes les Ecritures, qu'elles soient du passé ou du futur, de même que tu es le dépositaire de toutes Nos preuves en ce jour. Nous faisons admettre qui Nous voulons dans les jardins de Notre très saint, très sublime paradis. C'est ainsi que, sur notre commandement, débute la révélation divine dans chaque dispensation. Nous sommes véritablement le Souverain suprême. En vérité, Nous n'inaugurerons aucune religion à moins qu'elle ne soit dans les temps à venir. C'est une promesse que Nous avons faite solennellement. En vérité, Nous régnons sur toutes choses...

***

(40) IL EST DIEU, LE SEIGNEUR SOUVERAIN, LE TRES-GLORIEUX

Dis : Loué soit Dieu qui a généreusement permis, à quiconque le désirait, de L'adorer. En vérité, il n'y a pas d'autre Dieu que Lui. Il possède les titres les plus excellents : c'est Lui qui permet à sa parole d'être accomplie comme il lui plaît et c'est Lui qui guide ceux qui ont été illuminés et qui recherchent le chemin de l'équité.

Crains Dieu, ton Seigneur, et fais mention de son nom, de jour comme de nuit. Ne suis pas les incitations des incroyants de peur d'être compté parmi ceux qui exposent de vaines chimères. Obéis fidèlement au Point primordial qui est le Seigneur Lui-même et sois du nombre des justes. Ne laisse rien t'affliger cruellement et ne sois pas perturbé par ce qui est destiné à avoir lieu en cette cause. Combats ardemment par amour pour Dieu et marche le droit chemin. Si tu rencontrais des incroyants, place toute ta confiance en Dieu, ton Seigneur, en disant : Dieu suffit dans les royaumes de ce monde et de l'autre.

Le jour approche où Dieu réunira les croyants. En vérité, il n'y a pas d'autre Dieu que Lui.

Que la paix de Dieu soit sur ceux qui ont été guidés par le pouvoir de l'orientation divine.

***

(41) IL EST DIEU, LE SOUVERAIN SUPREME, LA SOUVERAINE VERITE, CELUI DONT L'AIDE EST IMPLOREE PAR TOUS.

Glorifié soit celui à qui appartiennent les royaumes des cieux et de la terre, entre les mains duquel se trouve le royaume de toutes choses créées et vers qui tous retourneront. C'est Lui qui fixe la mesure assignée à chaque chose sans exception et qui révèle ses dons généreux et ses bénédictions dans son Livre sacré, pour le bien de ceux qui sont reconnaissants envers sa cause.

Dis : cette vie terrestre prendra fin et chacun expirera et retournera vers mon Seigneur Dieu qui récompensera des dons les plus exquis les actes de ceux qui endurent avec patience. En vérité, ton Dieu fixe la mesure de toutes choses créées, comme Il Lui plaît, en vertu de son commandement, et ceux qui se conforment au bon plaisir, de leur Seigneur sont en vérité au nombre des bienheureux.

Ton Seigneur n'a jamais, dans le passé, élevé un prophète qui n'ait appelé les hommes à se tourner vers leur Seigneur, et aujourd'hui est réellement semblable aux temps anciens, si seulement vous réfléchissiez sur les versets révélés par Dieu.

Lorsque Dieu envoya son prophète Muhammad, il savait qu'il préordonnait ce jour-là la fin du cycle prophétique. En vérité, cette promesse a été vraiment tenue et le décret de Dieu a été accompli comme Il l'avait ordonné. Nous vivons assurément aujourd'hui les jours de Dieu. Ce sont les jours glorieux et jamais, dans le passé, le soleil ne s'est levé sur des jours semblables. Ce sont les jours que les hommes des temps anciens attendaient impatiemment. Que vous est-il donc arrivé pour que vous soyez si profondément endormis ? Ce sont les jours durant lesquels Dieu a fait resplendir l'Astre de la Vérité. Pourquoi restez-vous donc silencieux ? Ce sont les jours fixés que vous avez tant attendus dans le passé les jours de l'avènement de la justice divine. Remerciez Dieu, ô vous assemblée de croyants.

Ne laissez pas les actes de ceux qui rejettent la vérité vous isoler comme le ferait un voile. De telles personnes ont un pouvoir sur vos corps seulement et Dieu ne leur a pas conféré un pouvoir sur vos esprits, vos âmes et vos cœurs. Craignez Dieu afin que par bonheur tout vous soit favorable, tout a été créé pour votre bien et votre création n'a été ordonnée pour personne d'autre que vous. Craignez Dieu et prenez garde à ce que formes et vêtements ne vous empêchent de Le reconnaître. Rendez grâce à Dieu afin que, par bonheur, Il puisse vous traiter avec miséricorde.

Cette vie terrestre périra assurément; ses plaisirs sont destinés à disparaître et, bientôt, vous retournerez à Dieu, rongés par le remords, car d'ici peu. vous serez tirés de votre torpeur et vous vous trouverez bientôt en présence de Dieu et il vous sera demandé de rendre compte de vos actes.

Dis : Comment osez-vous réfuter ouvertement les versets envoyés du ciel de la justice, alors que vous lisez les Livres de Dieu révélés dans le passé ? Comment pouvez-vous refuser la rencontre avec votre Seigneur fixée pour vous depuis longtemps et négliger en ce jour de prendre garde à son avertissement ? En vérité, en vous attachant aux formes et en suivant les impulsions de vos désirs égoïstes vous vous êtes dépourvus du bon plaisir de votre Seigneur, à l'exception de ceux que le Seigneur a dotés du savoir et qui en ce jour, le remercient de les avoir, par générosité, identifiés à la vraie foi de Dieu. Annoncez donc le message à ceux qui font preuve de vertu et enseignez leur les voies menant vers le seul vrai Dieu. afin que, par bonheur, ils puissent comprendre.

Empêche ta langue de prononcer ce qui pourrait t'affliger et supplie Dieu de t'accorder sa miséricorde. En vérité, Il connaît parfaitement les justes car Il soutient, parmi ses serviteurs, ceux qui croient réellement en Lui, et Il est au courant des actes des fomenteurs de troubles car rien, ni dans les cieux, ni sur la terre, ne peut échapper à sa connaissance.

Ces versets, clairs et probants, sont un signe de la miséricorde de ton Seigneur et une source d'orientation pour toute l'humanité. Ils sont une lumière pour ceux qui croient en eux, et un enfer de pénibles tourments pour ceux qui s'en détournent et les rejettent.

***

(42) DIEU TEMOIGNE QU'IL N'Y A PAS D'AUTRE DIEU QUE LUI, LE TOUT-PUISSANT, LE BIEN-AIME.

Fixez votre regard sur celui que Dieu rendra manifeste au jour de la résurrection, puis croyez fermement en ce qu'Il enverra.

Dis Dieu triomphe indiscutablement sur tous ceux qui sont victorieux. Personne, ni dans les cieux, ni sur la terre, ni dans ce qui se trouve entre les deux, ne peut contrecarrer la suprématie transcendante de son triomphe. Il crée tout ce qui Lui plaît par le pouvoir de son commandement. En vérité, Dieu est le plus puissant soutien, celui qui aide et celui qui défend.

9. PRIERES ET MEDITATIONS

(43) Je suis en vérité ton serviteur, ô mon Dieu, ta pauvre créature, suppliante et misérable. Je suis parvenu à ta porte, cherchant ton refuge. Je n'ai trouvé aucun contentement sinon dans ton amour, aucune allégresse si ce n'est dans ton souvenir, aucune ardeur excepté dans l'obéissance en toi, aucune joie si ce n'est près de toi, aucune tranquillité excepté dans la réunion avec toi, bien que je sois conscient du fait que toute chose créée est privée de ta sublime essence et que l'accès à ton Etre le plus secret est refusé à la création toute entière.

Chaque fois que j'essaie de t'approcher, je ne perçois rien d'autre en moi-même que les témoignages de ta grâce et ne vois rien d'autre dans mon être que les révélations de ta bonté. Comment un être qui n'est que l'une de tes créatures pourrait-il rechercher l'union avec toi ainsi que ta présence, alors qu'aucune chose créée ne pourra jamais être associée à toi, pas plus qu'elle ne pourra te comprendre ? Comment serait-il possible à un humble serviteur de te connaître et de te louer, alors que tu lui as destiné les révélations de ton autorité et les merveilleux témoignages de ta souveraineté ? Ainsi toute chose créée témoigne qu'elle est privée du sanctuaire de ta présence en raison des limites imposées à sa réalité intérieure.

Il est incontestable cependant que l'influence de ton attraction a de tous temps été inhérente aux réalités de ton œuvre, bien que ce qui convient à la cour sanctifiée de ta providence soit exalté au-dessus de tout ce que peut réaliser la création toute entière. Ceci montre, ô mon Dieu, ma complète impuissance à te louer et révèle ma totale incapacité à te remercier, et encore plus à reconnaître ta divine unité ou à atteindre les signes évidents de ta louange, de ta sainteté et de la gloire. Non, par ta puissance, je ne désire rien d'autre que ton Etre et ne recherche personne d'autre que toi.

***

(44) Loué soit ton nom, ô Dieu. Tu es en vérité notre Seigneur. Tu sais tout ce qui se trouve dans les cieux et sur la terre. Aussi, fais descendre sur nous un signe de ta miséricorde. En vérité, tu surpasses tous ceux qui sont miséricordieux. Toute louange soit à toi, ô Seigneur. Ordonne pour nous, de ta présence, ce qui réconfortera les cœurs de ceux qui sont sincères parmi tes serviteurs. Tu es glorifié, ô Dieu, tu es le créateur des cieux et de la terre et de tout ce qui se trouve entre les deux. Tu es le Seigneur souverain, le Très-Saint, le Tout-Puissant, le Très-Sage. Magnifié soit ton nom, ô mon Dieu; envoie, de ta présence, sur ceux qui ont cru en Dieu et en ses signes, une aide puissante qui leur permettra de prédominer sur l'ensemble de l'humanité.

***

(45) Loué sois-tu, ô Seigneur, pardonne-nous nos péchés, aie pitié de nous et permets-nous de retourner à toi. Empêche-nous de compter sur qui que ce soit d'autre que toi, et accorde-nous, par ta bonté, ce que tu aimes et désires et ce qui te convient. Exalte le rang de ceux qui ont vraiment cru et pardonne leur par ta gracieuse miséricorde. En vérité, tu es le secours dans le péril, celui qui subsiste par Lui-même.

***

(46) Ô Dieu, notre Seigneur ! Protège-nous par ta grâce de tout ce qui peut te répugner et accorde-nous ce qui te convient. Donne-nous davantage, par ta générosité, et accorde-nous ta bénédiction. Pardonne-nous ce que nous avons fait, efface nos péchés et absous-nous par ton gracieux pardon. En vérité, tu es le Très-Exalté, celui qui subsiste par Lui-même.

Ton aimante providence a enveloppé toutes choses créées dans les cieux et sur la terre, et ton pardon a surpassé la création toute entière. La souveraineté t'appartient, dans tes mains se trouvent les royaumes de la création et de la révélation, dans ta main droite tu détiens toutes choses créées et tu enserres les mesures préétablies du pardon. Tu pardonnes à qui il Te plaît parmi tes serviteurs. En vérité, tu es celui qui toujours pardonne, celui qui est tout amour. Rien jamais n'échappe à ta connaissance et il n'est rien qui te soit caché.

Ô Dieu, notre Seigneur! Protège-nous par le pouvoir de ta puissance, permets-nous d'entrer dans ton merveilleux et puissant océan et accorde-nous ce qui te convient.

Tu es le Maître souverain, le Puissant, l'Exalté, celui qui est tout amour.

***

(47) Gloire à toi, ô Seigneur mon Dieu ! Rien n'échappe à ta connaissance, de même que rien ne pourrait échapper à ton emprise ou contrevenir à ton dessein, que ce soit dans les cieux ou sur la terre, dans le passé ou dans l'avenir.

Tu vois le paradis et ceux qui y demeurent, tu contemples le royaume d'en-bas et ses habitants. Tous ne sont que tes serviteurs et tu les tiens en ta main.

Ô Seigneur ! Rends victorieux tes patients serviteurs pendant tes jours en leur accordant une victoire convenable, car ils ont recherché le martyre dans ton chemin. Envoie-leur ce qui réjouira leurs esprits, rassemblera leurs cœurs, tranquillisera leurs corps, et permettra à leurs âmes de s'élever vers la présence de Dieu, le Très-Exalté et d'atteindre le paradis suprême et les havres de gloire que tu as destinés aux hommes de vrai savoir et de vertu. En vérité, tu connais toutes choses alors que nous ne sommes que tes serviteurs, tes esclaves, tes serfs et tes pauvres. Nous n'invoquons nul autre Seigneur que toi, ô Dieu notre Seigneur, et nous n'implorons de bénédictions ou de faveurs de qui que ce soit d'autre que toi, ô toi qui es le Dieu de miséricorde envers ce monde et le prochain. Nous ne sommes que des personnifications de la pauvreté, du néant, de la faiblesse et de la perdition, alors que tout ton être dénote la richesse, l'indépendance, la gloire, la majesté et la grâce infinie.

Transforme notre récompense, ô Seigneur, en ce qui te convient du bien de ce monde et de l'autre, et des multiples bienfaits qui s'étendent depuis le ciel jusqu'à la terre.

Tu es, en vérité, notre Seigneur et le Seigneur de toutes choses. Nous nous en remettons à toi, désirant ardemment les choses qui t'appartiennent.

***

(48) Glorifié soit ton nom, ô Seigneur ! En qui prendrais-je refuge alors que tu es en vérité mon Dieu et mon Bien-Aimé ? Vers qui me tournerais-je en quête d'un asile, alors que tu es mon Seigneur et mon Possesseur ? Vers qui m'enfuirais-je alors que tu es en vérité mon maître et mon sanctuaire ? Et qui implorerais-je alors que tu es en vérité mon trésor et le but de mon désir ? Et par l'intermédiaire de qui plaiderais-je devant toi, alors que tu es en vérité ma plus haute aspiration et mon suprême désir ? Tout espoir a été déçu si ce n'est la recherche de ta céleste grâce et chaque porte est barrée à l'exception du portail conduisant à la source de tes bénédictions.

Je te supplie, ô mon Seigneur, par ta plus éblouissante splendeur, devant l'éclat. de laquelle chaque âme s'incline humblement et se prosterne en adoration par amour pour toi - une splendeur devant le rayonnement de laquelle le feu est transformé en lumière, les morts sont ramenés à la vie et chaque difficulté aplanie - je t'en supplie par cette grande, cette merveilleuse splendeur et par la gloire de ta souveraineté exaltée, ô toi qui es le Seigneur de l'indomptable, de nous transformer par ta bonté en ce que tu possèdes toi-même et de nous permettre de devenir des sources de ta lumière et de nous accorder par ta miséricorde ce qui convient à la majesté de ton autorité transcendante. Car vers toi j'ai levé les mains, ô Seigneur, en toi j'ai trouvé un soutien protecteur, ô Seigneur, à toi je m'en suis remis, ô Seigneur, en toi j'ai placé toute ma confiance, ô Seigneur, et par toi je suis fortifié, ô Seigneur.

En vérité, il n'y a ni pouvoir, ni force en dehors de toi.

***

(49) Je suis conscient, ô Seigneur, que mes péchés ont couvert de honte mon visage en ta présence et ont fait courber mon dos devant toi, qu'ils se sont interposés entre moi et ton radieux visage, qu'ils m'ont encerclé et m'ont empêché de tous les côtés d'accéder aux révélations de ton céleste pouvoir.

Ô Seigneur ! Si tu ne me pardonnes, qui me pardonnera, et si tu n'as pas pitié de moi, qui est capable de faire preuve de compassion ? Gloire à toi ! Tu m'as créé alors que j'étais inexistant et tu m'as nourri alors que j'étais dépourvu de toute compréhension. Loué sois-tu ! Toute preuve de bonté procède de toi et toute marque de grâce émane des trésors de ton décret.

***

(50) Je te supplie de me pardonner, ô Seigneur, pour toute mention autre que la tienne, pour toute louange autre que la tienne et pour toute réjouissance autre que celle de ta proximité et pour tout plaisir autre que celui de la communion avec toi et pour toute joie autre que celle de ton amour et de ton bon plaisir et pour toutes les choses me concernant et qui n'ont aucun rapport avec toi, ô toi qui es le Seigneur des Seigneurs, toi qui fournis les moyens et ouvres les serrures des portes.

***

(51) Gloire à toi, ô Dieu ! Tu es le Dieu qui a existé avant toute chose, qui existera après toutes choses et qui durera au-delà de toutes choses. Tu es le Dieu qui connaît toutes choses et qui a la suprématie sur toutes choses. Tu es le Dieu qui traite toutes choses avec miséricorde, qui juge entre toutes choses et dont la vision embrasse toutes choses. Tu es Dieu mon Seigneur, tu es conscient de ma condition, tu observes mon être intérieur et extérieur.

Accorde-moi ton pardon ainsi qu'aux croyants qui ont répondu à ton appel. Sois ma seule aide contre les maux et chagrin que quiconque puisse désirer m'infliger ou me vouloir du mal. En vérité, tu es le Seigneur de toutes choses créées. Tu suffis à chacun alors que sans toi, nul ne peut se suffire à lui-même.

***

(52) Je t'implore par la splendeur de la lumière de ton glorieux visage, par la majesté de ton antique grandeur et par le pouvoir de ta souveraineté transcendante, d'ordonner pour nous en cet instant tout ce qui est bon et bienséant et de nous destiner chaque fragment des effusions de ta grâce. Car en dispensant tes bienfaits, tu ne subis aucune perte et le fait d'accorder tes faveurs ne diminue en rien ta richesse.

Glorifié es-tu, ô Seigneur ! En réalité, je suis pauvre alors que tu es riche; en vérité, je suis humble alors que tu es puissant; en vérité, je suis faible alors que tu es fort; en vérité, je suis humilié alors que tu es Très-Exalté; en vérité, je suis affligé alors que tu es le Seigneur de puissance.

***

(53) Ordonne pour moi. ô Seigneur. toutes les bonnes choses que tu as créées ou créeras et protège-moi de tous les maux que tu abhorres parmi les choses que tu as amenées ou amèneras à l'existence. En vérité, ton savoir embrasse toutes choses. Loué sois-tu ! En vérité, il n'y a pas d'autre Dieu que toi et rien ni dans les cieux, ni sur la terre, ni dans tout ce qui se trouve entre les deux ne pourra jamais contrevenir à ton dessein. En vérité, tu es puissant sur toutes choses.

Loin de la sublimité de ton Etre, ô mon Dieu, est le fait que l'on puisse rechercher ton amour ou tes faveurs. Loin de ta gloire transcendante, est l'idée que l'on réclame de toi des preuves de tes bienfaits et de ta tendre miséricorde. Tu es trop élevé pour qu'une âme quelconque implore la révélation de ta miséricordieuse providence et de ton affection, et ta gloire est trop sanctifiée pour que quiconque te supplie de déverser tes bénédictions ainsi que ta générosité et ta grâce céleste. Dans tout le royaume des cieux et de la terre qui est tien et qui est doté de multiples bienfaits, tu es immensément glorifié au-delà de tout ce à quoi pourrait être attribuée une identité.

Tout ce que je te demande, ô mon Dieu, c'est de me permettre. avant que mon âme ne quitte mon corps, de parvenir à ton bon plaisir. même si cela ne m'était accordé que pour un instant plus petit que la fraction infinitésimale d'un grain de moutarde. Car si elle quitte ce monde, tandis que tu es satisfait de moi, alors je serai libéré de tout souci ou anxiété; mais si elle m'abandonne alors que tu n'es pas satisfait de moi, alors même que si j'avais accompli toutes les bonnes actions possibles, nulles d'entre elles ne me seraient d'aucune utilité, et que si j'avais gagné tous les honneurs et toute la gloire possible, rien de tout cela ne servirait à m'exalter.

Aussi je te prie ardemment, ô Dieu, de m'accorder miséricordieusement ton bon plaisir lorsque tu me feras monter vers toi et apparaître devant ta sainte présence, car tu as été de toute éternité. le Dieu d'infinie bonté envers les habitants de ton royaume et le Seigneur des dons les plus excellents pour tous ceux qui demeurent dans le ciel exalté de ton omnipotence.

***

(53) Qu'elles sont nombreuses les âmes élevées à la vie qui furent exposées aux pires humiliations sur ton chemin pour avoir exalté ta parole et glorifié ta divine unité ! Qu'il est abondant le sang versé par amour de ta foi afin de justifier l'authenticité de ta mission divine et de célébrer ta louange ! Combien vastes sont les possessions injustement saisies dans le chemin de ton amour afin d'affirmer la grandeur de ta sainteté et d'exalter ton nom glorieux. Qu'ils sont nombreux les pieds qui foulèrent la poussière afin de magnifier ta sainte parole et d'exalter ta gloire ! Qu'elles sont innombrables les voix qui s'élevèrent en lamentation, les cœurs qui furent frappés de terreur, les cruels malheurs que nul autre que toi ne peut estimer, ainsi que les adversités et afflictions qui demeurent impénétrables de tout autre que toi; tout ceci, ô Dieu, pour établir la grandeur de ta sainteté et pour démontrer le caractère transcendant de ta gloire.

Ces décrets ont été ordonnés par toi afin que toutes choses créées puissent témoigner qu'elles ont été amenées à l'existence pour nul autre objet que toi. Tu leur as refusé les choses qui apportent la tranquillité à leurs cœurs, afin qu'ils sachent en toute certitude que tout ce qui est associé à ton être sacré est de loin supérieur et exalté au-delà de toute autre chose qui les satisferait, étant donné que ton indomptable pouvoir pénètre toutes choses et que rien ne pourra jamais le contrecarrer.

En vérité, tu as suscité ces événements importants, afin que ceux qui sont dotés de perception puissent aisément reconnaître que tu les avais ordonnés pour démontrer la grandeur de ta divine unicité et affirmer l'exaltation de ta sainteté.

***

(54) Gloire à toi, ô Seigneur ! Bien que tu puisses destituer une personne de toute possession terrestre et que, par application de ton décret, tu puisses la réduire à la pauvreté depuis le début de sa vie jusqu'à son ascension vers toi, si pourtant tu l'avais fait naître de l'arbre de ton amour, une telle générosité lui serait en vérité bien meilleure que tout ce que tu as créé dans les cieux, sur la terre et dans tout ce qui s'étend entre les deux, puisque, par la révélation de tes faveurs, elle héritera en effet de la demeure céleste et aura sa part des généreux bienfaits que tu y as dispensés; car les choses qui sont avec toi sont inépuisables. Telle est en vérité ta bénédiction que, selon le bon plaisir de ta volonté, tu accordes à ceux qui marchent dans le sentier de ton amour.

Qu'elles sont nombreuses les âmes qui dans le passé furent mises à mort par amour pour toi, et au nom desquelles tous les hommes se glorifient aujourd'hui ! Et qu'ils sont nombreux ceux à qui tu as permis d'acquérir des fortunes terrestres, et qui les amassèrent alors qu'ils étaient privés de ta vérité et qui aujourd'hui sont tombés dans l'oubli ! Leur châtiment est douloureux et leur punition implacable.

Ô Seigneur ! Assure la croissance rapide de l'arbre de ta divine unité; arrose-le, ô Seigneur, des eaux abondantes de ton bon plaisir et, devant les révélations de ta divine assurance, fais qu'il produise les fruits que tu désires pour ta glorification, ton exaltation, pour ta louange et pour magnifier ton nom, louer l'unicité de ton Essence et t'adorer, car tout ceci repose entre tes mains et entre celles de nul autre que toi.

Grande est la félicité de ceux dont tu as choisi le sang pour arroser l'arbre de ton affirmation et exalter par là ta sainte et immuable parole.

Ordonne pour moi, ô mon Seigneur, et pour ceux qui croient en toi, ce qu'il y a de meilleur pour nous selon toi, ainsi qu'il l'a été prescrit dans le Livre-Mère, car tu tiens en ta main les mesures fixées de toutes choses.

Tes généreux bienfaits pleuvent sans trêve sur ceux qui chérissent ton amour et les signes prodigieux de ta céleste magnificence sont largement répandus sur ceux qui reconnaissent ta divine unité. Nous nous en remettons à toi pour tout ce que tu nous as destiné, et nous t'implorons de nous accorder tout le bien que renferme ta connaissance.

Protège-moi, ô mon Seigneur, de tous les maux que perçoit ton omniscience, puisqu'il n'est pas de force ou de pouvoir si ce n'est en toi, que le triomphe ne résulte que de ta présence et qu'il n'appartient qu'à toi seul de commander. Tout ce que Dieu a voulu a été et tout ce qu'Il n'a pas voulu ne sera pas.

Il n'y a de pouvoir et de force qu'en Dieu, le Très-Exalté, le Tout-Puissant.

***

(56) Ô Seigneur ! Permets à tous les peuples de la terre d'être admis au paradis de ta foi, de telle sorte qu'aucune créature ne demeure au-delà des limites de ton bon plaisir.

De tous temps, tu as eu le pouvoir de faire ce qui te plaît et tu as été transcendant au-dessus de tout ce que tu désires.

***

(57) Accorde-moi, ô mon Dieu, la pleine mesure de ton amour et de ton bon plaisir et, par les attractions de ta resplendissante lumière, enchante les cœurs, ô toi qui es la suprême Evidence et le Très-Glorifié. Fais descendre, en signe de ta grâce, tes brises vivifiantes, de jour comme de nuit, ô Seigneur de munificence.

Je n'ai rien fait, ô mon Dieu, pour mériter de contempler ta face et je sais en toute certitude que si je vivais aussi longtemps que durera le monde, je n'accomplirais aucune action propre à me faire mériter cette faveur, car la condition d'un serviteur ne permettra jamais d'accéder à ton enceinte sacrée, à moins que ta générosité ne m'atteigne, que ta tendre miséricorde ne pénètre en moi et que ton amour ne m'enveloppe.

Toute louange soit à toi, ô toi en dehors de qui il n'y a pas d'autre Dieu. Par ta miséricorde, permets-moi de monter vers toi, accorde-moi l'honneur de demeurer près de toi et de communier avec toi seul. Il n'y a pas d'autre Dieu que toi.

En vérité, si tu désirais accorder tes bénédictions à l'un de tes serviteurs, tu effacerais du royaume de son cœur toute mention autre que ta propre mention; et si tu ordonnais le mal pour l'un de tes serviteurs en raison des actes que ses mains ont injustement perpétrés devant ta face, tu l'éprouverais avec les avantages de ce monde et de l'autre afin qu'il ne se préoccupe plus que de ces derniers et qu'il oublie ton souvenir.

***

(58) Gloire à toi, ô Seigneur, toi qui par le pouvoir de ton commandement, as amené à l'existence toutes les choses créées.

Ô Seigneur ! Assiste ceux qui ont renoncé à tout sauf à toi, et accorde-leur une puissante victoire. Fais descendre sur eux, ô Seigneur, l'assemblée des anges du ciel, de la terre et de tout ce qui se trouve entre les deux, afin d'aider tes serviteurs, de les secourir, de les fortifier, de leur permettre d'atteindre le succès, de les soutenir, de les investir de gloire, de leur conférer honneur et exaltation, de les enrichir et de leur accorder un prodigieux triomphe.

Tu es leur Seigneur, le Seigneur des cieux et de la terre, le Seigneur de tous les mondes. Fortifie cette foi, ô Seigneur, par le pouvoir de ces serviteurs et fais-les prévaloir sur tous les peuples du monde; car ils sont, en vérité, tes serviteurs qui se sont détachés de tout sauf de toi et tu es, en vérité, le protecteur des vrais croyants.

Accorde à leur cœur, ô Seigneur, de croître par leur soumission à ta foi inviolable, plus forte que tout ce qui est dans les cieux et sur la terre, ou entre les deux, et fortifie leurs mains, ô Seigneur, des marques de ton merveilleux pouvoir, afin qu'ils puissent manifester ton pouvoir aux regards de toute l'humanité.

***

(59) Ô Seigneur ! En toi, je cherche refuge et vers tous tes signes je dirige mon cœur.

Ô Seigneur ! En voyage ou chez moi, durant mes activités ou pendant mon travail, je place toute ma confiance en Toi.

Aussi, accorde-moi ton aide suffisante afin de me rendre indépendant de toutes choses, ô toi qui est sans pareil en ta miséricorde !

Accorde-moi ma part, Ô Seigneur, comme il te plaît et fais que je sois satisfait de tout ce que tu as ordonné pour moi.

Tu détiens l'autorité absolue pour commander.
***

(60) Ô Seigneur ! Tu es celui qui dissipe chaque angoisse et qui chasse chaque affliction. tu es celui qui bannit chaque souci et qui libère chaque esclave, le Rédempteur de chaque âme. Ô Seigneur ! Accorde la délivrance par ta miséricorde et compte-moi au nombre de ceux de tes serviteurs qui ont gagné le salut.

***

(61) De toute éternité, ô Seigneur, tu as été et tu resteras à jamais le seul vrai Dieu, alors que tout autre que toi est pauvre et nécessiteux. M'étant obstinément tenu à ta corde, ô Seigneur, je me suis détaché de toute l'humanité et ayant dirigé mon visage vers le siège de ta tendre miséricorde, je me suis détourné de toutes choses créées. Inspire-moi avec miséricorde, ô mon Dieu, par ta grâce et ta bonté, par ta gloire et ta majesté et par ton autorité et ta grandeur car. en dehors de toi, je ne puis trouver personne de puissant et d'omniscient. Protège-moi, ô mon Dieu, par le pouvoir de ta gloire transcendante qui suffit à tout, et par les cohortes des cieux et de la terre, car je ne puis placer ma confiance en personne d'autre qu'en toi et il n'est pas d'autre refuge que toi.

Tu es Dieu, mon Seigneur, tu connais mes besoins, tu vois ma condition et tu sais bien ce qui m'est advenu à cause de ton décret, ainsi que toutes les souffrances terrestres que j'ai endurées par ta permission, et comme preuve de ta générosité et de ta faveur.

***

(62) La gloire des gloires et la plus resplendissante lumière soient sur toi, ô mon Dieu. Ta majesté est si transcendante qu'aucune imagination humaine ne peut l'atteindre et ta toute puissance est si sublime que les oiseaux des cœurs et des esprits des hommes ne pourront jamais atteindre ses sommets. Tous les êtres reconnaissent leur impuissance à te louer comme il convient à ta condition, car ta station est immensément exaltée. Personne ne peut glorifier ton être ni sonder les preuves de ta générosité car elle existe au plus profond de ton essence, puisque toi seul tu te connais toi-même, car, tu es en toi-même.

Je célèbre tes louanges, ô Seigneur notre Dieu, pour avoir eu la générosité d'appeler à l'existence le royaume de la création et de l'invention, des louanges qui resplendissent par le pouvoir de ton inspiration que nul autre que toi ne peut convenablement estimer. Je te glorifie de plus et te rends grâce comme il convient à ton éblouissante présence et à la gloire de ta toute-puissante majesté, pour cette bénédiction sublime, ce signe merveilleux qui est manifeste dans tes royaumes de révélation et de création.

Toute gloire soit à toi ! Ce qui te convient est immensément exalté. En vérité, personne n'a jamais bien saisi la sainteté de ta condition et personne, à l'exception de toi, ne t'a reconnu comme il te convient. Tu es manifeste par les effusions de ta munificence, alors que personne d'autre que toi ne peut sonder la sublimité de ta révélation.

Magnifié soit ton nom ! Quelqu'un d'autre que toi a-t-il une existence indépendante qui le rende capable de faire allusion, à ta nature ou possède-t-il une marque d'identité par laquelle je pourrais te reconnaître ? Tout ce qui est connu doit sa renommée à la splendeur de ton nom, le Très-Manifeste, et tout objet est profondément troublé par la vibrante influence émanant de ton invincible volonté. Tu es plus proche de toutes choses que celles-ci ne le sont les unes des autres.

Loué et glorifié sois-tu ! Ta sublimité est trop exaltée pour que t'atteignent les mains de ceux qui sont doués de compréhension et tes insondables abîmes sont trop profonds pour que s'en écoulent les rivières des esprits et des perceptions des hommes.

***

(63) Ô mon Dieu ! Il n'y a personne d'autre que toi pour atténuer l'angoisse de mon âme et tu es ma plus haute aspiration, ô mon Dieu. Mon cœur n'est uni à nul autre que toi et à ceux que tu aimes. Je déclare solennellement que ma vie et ma mort te sont toutes deux destinées. En vérité, tu es incomparable et tu n'as pas de partenaire.

Ô mon Seigneur ! Je te supplie de me pardonner pour m'être séparé de toi. Par ta gloire et ta majesté, je n'ai pas su te reconnaître et t'adorer comme il convient alors que tu te fais connaître de moi et m'as appelé à ton souvenir comme il sied à ton rang. De cruels malheurs s'abattraient sur moi, ô mon Seigneur, si tu venais à t'emparer de moi en raison de mes méfaits et de mes offenses. Je ne connais d'autre secours que toi. Je ne trouve refuge qu'en toi. Aucune de tes créatures ne peut oser intercéder auprès de toi sans ta permission. Je me tiens fermement à ton amour devant ta cour et, selon ton décret, je te prie instamment comme il convient à ta gloire. Je te supplie d'écouter mon appel comme tu me l'as promis. En vérité, tu es Dieu; il n'y a pas d'autre Dieu que toi. Seul et sans aucune aide, tu es indépendant de toutes choses créées. La dévotion de ceux qui t'aiment ne peut t'être profitable et les mauvaises actions des infidèles ne savent te nuire. En vérité, tu es mon Dieu, celui qui ne faillira jamais à sa promesse.

Ô mon Dieu ! Je te supplie, par les signes de ta faveur, de me laisser approcher les sommets exaltés de ta sainte présence et de me protéger contre les subtiles allusions de qui que ce soit d'autre que toi. Guide mes pas, ô mon Dieu, vers ce qui te sied et t'est agréable. Protège-moi, par ta puissance, de la furie de ta colère et de ton châtiment et tiens-moi à l'écart des habitations dans lesquelles tu n'as pas désiré que je pénètre.

***

(64) Ô mon Dieu ! Je n'ai pas su te reconnaître comme il sied à ta gloire, ni ne t'ai craint comme il convient à ton rang. Comment puis-je faire mention de toi lorsque je suis dans cette condition et comment puis-je tourner mon visage vers toi quand j'ai manqué à mon devoir, qui est de t'adorer.

Tu ne m'as pas appelé à l'existence pour démontrer la force de ton pouvoir qui est indubitablement manifeste et évident car tu es Dieu qui a existé de toute éternité alors qu'il n'y avait rien. Tu nous as plutôt créé par ton pouvoir transcendant afin qu'une simple mention de nous soit généreusement faite devant la resplendissante manifestation de ton souvenir.

Je ne connais de toi, ô mon Dieu, que ce que tu m'as enseigné, par quoi je puisse reconnaître ton être - connaissance qui reflète seulement mon échec et ma culpabilité - me voici donc, ô mon Dieu, totalement dévoué à toi, souhaitant faire ce que tu désires. Humblement je me prosterne devant les révélations de ta miséricorde, confessant que tu es Dieu, qu'il n'y a pas d'autre Dieu que toi et que tu es incomparable, que tu n'as pas de partenaire et que rien ne te ressemble. De ceci tu portes toi-même témoignage, ainsi qu'il convient à ta gloire.

***

(65) Ô mon Dieu, mon Seigneur et mon Maître ! Je me suis détaché de mes semblables et ai cherché à travers toi à devenir indépendant de tout ce qui habite sur terre et toujours prêt à recevoir ce qui est louable à tes yeux. Accorde-moi le bien qui me rendra indépendant de tout sauf de toi, ainsi qu'une part abondante de tes faveurs infinies. En vérité, tu es le Seigneur de grâce infinie.

***

(66) Je t'en conjure par ta puissance, ô mon Dieu ! Fais qu'aucun mal ne m'atteigne au temps des épreuves et, pendant mes moments d'inattention, par ton inspiration, guide mes pas dans le droit chemin. Tu es Dieu, tu as le pouvoir de faire ce que tu désires. Nul ne peut résister à ta volonté ou contrecarrer ton dessein.

***

(67) Je sollicite ta clémence, ô mon Dieu, et implore ton pardon de la manière dont tu désires que tes serviteurs s'adressent à toi. Je te prie d'effacer nos péchés comme il convient à ta majesté et de me pardonner, ainsi qu'à mes parents et à ceux qui selon toi sont entrés dans la demeure de ton amour, d'une manière digne de ta souveraineté transcendante et convenant à la gloire de ton pouvoir céleste.

Ô mon Dieu ! Tu as inspiré mon âme pour qu'elle t'offre sa supplication et si ce n'était toi, je ne t'invoquerais pas. tu es loué et glorifié, je te rends grâce car tu t'es révélé à moi et je te demande de me pardonner car j'ai manqué à mon devoir de te connaître et n'ai pas suivi le chemin de ton amour.

***

(68) Loué soit ton nom, ô Seigneur mon Dieu ! Tu es en vérité celui qui connaît les choses cachées. Ordonne pour nous le bien que peut mesurer ton infini savoir. Tu es le Seigneur souverain, le Tout-Puissant, le Bien-Aimé.

Toute louange soit à toi, ô Seigneur ! Nous rechercherons ta faveur au jour fixé et placerons toute notre confiance en toi qui es notre Seigneur. Tu es glorifié, ô Dieu ! Accorde-nous ce qui est bon et convenable afin que nous soyons capables de nous passer de tout sauf de toi. En vérité, tu es le Seigneur de tous les mondes.

O Dieu ! Récompense ceux qui endurent patiemment les épreuves pendant tes jours et fortifie leurs cœurs afin qu'ils marchent sans en dévier dans le chemin de la Vérité. Accorde-leur donc, ô Seigneur, les généreux bienfaits qui leur permettraient d'avoir accès à ton paradis bienheureux. Tu es exalté, ô Seigneur. Fais descendre tes bénédictions célestes sur les foyers dont les habitants ont cru en toi. En vérité, tu es sans égal pour les bénédictions divines. Envoie, ô Dieu, des armées qui rendront victorieux tes fidèles serviteurs. Tu façonnes les créées comme il te plaît, par le pouvoir de ton décret. Tu es en vérité, le Souverain. le Créateur, le Très-Sage.

Dis : Dieu est en vérité le créateur de toutes choses. Il pourvoit généreusement à la subsistance de ceux qu'Il désire. Il est le Créateur, la Source de tous les êtres, le Façonneur, le Tout-Puissant, l'Architecte, le Très-Sage. Il est le porteur des plus excellents titres à travers les cieux, la terre et tout ce qui se trouve entre les deux. Tous obéissent à son ordre et tous les habitants de la terre et du ciel célèbrent sa louange et tous retourneront vers Lui.

***

(69) Au nom de ton Seigneur, le Créateur, le Souverain, Celui qui suffit à tout, le Très-Exalté, celui dont le secours est imploré par tous les hommes.

Dis : Ô mon Dieu ! Ô toi qui es le Créateur des cieux et de la terre, ô Seigneur du royaume ! Tu connais bien les secrets de mon cœur, alors que ton être est insondable pour tous, sauf pour toi-même. Tu vois tout ce qui est en moi alors que nul autre ne peut le faire. Accorde-moi par ta grâce ce qui me permettra de me passer de tout sauf de toi et destine-moi ce qui me rendra indépendant de tout autre que toi. Daigne que je puisse tirer profit de ma vie en ce monde et dans l'autre. Ouvre pour moi les portails de ta grâce et accorde-moi généreusement ta tendre miséricorde et tes bienfaits.

Ô toi qui es le Seigneur de grâce infinie ! Fais que ton aide céleste atteigne ceux qui t'aiment et accorde-nous les dons et les bienfaits que tu possèdes. Suffis à nous, toi entre toutes choses, pardonne nos péchés et aie pitié de nous. Tu es notre Seigneur et le Seigneur de toutes choses créées. Nous n'invoquons nul autre que toi et n'implorons rien d'autre que tes faveurs. Tu es le Seigneur de générosité et de grâce, invincible dans ton pouvoir et le plus habile dans tes desseins. il n'y a pas d'autre Dieu que toi, le Possesseur de toutes choses, le Très-Exalté.

Accorde tes bénédictions, ô mon Seigneur, aux messagers, aux saints et aux justes. En vérité, tu es Dieu, l'Incomparable, l'Irrésistible.

***

(70) Tu es glorifié, ô Seigneur mon Dieu ! Tu es en vérité le Roi des rois. Tu confères la souveraineté à qui tu veux et tu la retires à qui tu veux. Tu exaltes qui tu veux et tu abaisses qui tu veux. Tu rends victorieux qui tu veux et tu apportes l'humiliation à qui tu veux. Tu accordes la richesse à qui tu veux et tu réduis à la pauvreté qui tu veux. Tu permets à qui tu veux de régner sur qui tu veux. Entre tes mains, tu détiens l'empire de toutes choses créées et, par le pouvoir de ton souverain commandement, tu appelles à l'existence qui tu désires. En vérité, tu es l'Omnipotent, le Seigneur de pouvoir.

***

(71) Tu es loué et glorifié, ô Dieu ! Daigne que le jour où nous atteindrons ta sainte présence approche rapidement. Réjouis nos cœurs par le pouvoir de ton amour et de ton bon plaisir et accorde-nous la constance afin que nous puissions nous soumettre de plein gré à ta volonté et à ton décret. En vérité, ta connaissance embrasse toutes les choses que tu as créées ou que tu créeras et ta céleste puissance transcende tout ce que tu as appelé ou appelleras à l'existence. Tu es le seul qui doit être adoré, le seul qui doit être désiré, le seul qui doit être chéri et seul ton bon plaisir doit être aime.

En vérité, tu es le suprême Souverain, la souveraine Vérité, le secours dans le péril, celui qui subsiste par Lui-même.

***

(72) Tu sais parfaitement, ô mon Dieu, que les tribulations se sont déversées sur moi de tous côtés et que nul ne peut les dissiper ou les transformer si ce n'est toi. Je sais en toute certitude, en vertu de mon amour pour toi, que tu ne feras jamais pleuvoir des tribulations sur aucune âme, à moins que tu ne désires exalter son rang dans ton paradis céleste et étayer son cœur en cette vie terrestre à l'aide de ton irrésistible pouvoir, afin qu'il ne soit pas attiré par les vanités de ce monde. En vérité, tu es bien conscient qu'en toutes circonstances, je chérirai ton souvenir bien plus que la possession de tout ce qui est dans les cieux et sur la terre.

Fortifie mon cœur, ô mon Dieu, dans ton obéissance et dans ton amour et daigne que je sois débarrassé de l'ensemble de tes adversaires. En vérité, je jure par ta gloire que je ne languis pour rien d'autre que toi, que je ne souhaite rien d'autre que ta miséricorde et que je ne redoute rien d'autre que ta justice. Je te prie de me pardonner comme à ceux que tu aimes, et de la manière qu'il te plaît. En vérité, tu es le Tout-Puissant, le Munificent.

Tu es immensément exalté, ô Seigneur des cieux et de la terre, au-dessus de la louange de tous les hommes; que la paix soit sur tes fidèles serviteurs et que la gloire soit sur Dieu, le Seigneur de tous les mondes.

***

(73) Louange à toi, ô Seigneur, mon Bien-Aimé ! Affermis-moi dans ta cause et daigne que je sois compté parmi ceux qui n'ont pas violé ton alliance ni suivi, les dieux de leurs vaines imaginations. Permets-moi alors d'obtenir un siège de vérité en ta présence, envoie-moi un signe de ta miséricorde et laisse-moi rejoindre ceux de tes serviteurs qui n'auront pas de crainte et ne seront pas affligés.

Ne m'abandonne pas à moi-même, ô Seigneur, ne me prive pas du privilège de reconnaître celui qui est la manifestation de ton être même et ne me compte pas parmi ceux qui se sont détournés de ta sainte présence. Compte-moi, ô mon Dieu, au nombre de ceux qui ont eu le privilège de fixer leur regard sur ta beauté et qui en éprouvent une telle joie qu'ils ne voudraient pas échanger un seul de ces instants contre la souveraineté du royaume des cieux et de la terre ou contre le royaume de la création tout entier. Aie pitié de moi, ô Seigneur, en ces jours où les peuples de ta terre ont gravement erré; pourvois-moi donc, ô mon Dieu, de ce que tu juges bon et bienséant. Tu es en vérité, le Tout-Puissant, le Miséricordieux, le Munificent, celui qui toujours pardonne.

Permets, ô mon Dieu, que je ne sois pas compté parmi ceux dont les oreilles sont sourdes. dont les yeux sont aveugles, dont la langue est muette et dont le cœur n'a pas compris. Délivre-moi, ô Seigneur, du feu de l'ignorance et du désir égoïste, permets que je sois admis dans l'enceinte de ta transcendante miséricorde et fais descendre sur moi ce que tu as ordonné pour tes élus. Tu as le pouvoir de faire ce que tu veux. En vérité, tu es le secours dans le péril, celui qui subsiste par Lui-même.

***

(74) Ô mon Dieu, ô mon Seigneur, ô mon Maître ! Je te prie de me pardonner de chercher un quelconque plaisir à l'exception de ton amour, un réconfort qui ne soit pas ta proximité ou de la joie en dehors de ton bon plaisir ou quelqu'existence autre que la communion avec toi.

***

(75) Qui, hormis Dieu, dissipe les difficultés ? Dis Loué soit Dieu ! Il est Dieu ! Tous sont ses serviteurs et tous se soumettent à son commandement.


Table of Contents: Albanian :Arabic :Belarusian :Bulgarian :Chinese_Simplified :Chinese_Traditional :Danish :Dutch :English :French :German :Hungarian :Italian :Japanese :Korean :Latvian :Norwegian :Persian :Polish :Portuguese :Romanian :Russian :Spanish :Swedish :Turkish :Ukrainian :